Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
                                                                       AMIS DES MOULINS 61

Le 24 janvier 2020 l’association les Amis Des Moulins d’Eure et Loir était invitée à la DDT de Chartres 28

27 Janvier 2020

La réunion était présidée par Mr Raphaël DEMOLIS, Chef de service. Responsable du Pôle Eau et Risques Aquatiques, entouré de ses collaboratrices et collaborateurs. Nous les remercions pour cette invitation.

De nombreux participants étaient présents, entre autres, la Fédération de la Pêche, l’Agence de l’eau Loire Bretagne, la DREAL, un représentant de la CDC de Nogent le Rotrou. Un représentant de l’association « blaise 21 » était également invité ainsi que quatre membres du conseil d’administration de l’association ADM 28 qui accompagnaient leur vice-Président Jean-Pierre Vallée.

Il est à noter que l’esprit d’ouverture et de dialogue était de circonstance, certainement dans le cadre de la « politique apaisée » prônée par le Ministère de l’Environnement dans sa note Plan d’action pour une politique apaisée de restauration de la continuité écologique du 30 Avril 2019 publiée le 20 juin de la même année.

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/plan_action_pour_politique_apaisee_restauration_continuite_ecologique.pdf

Note appelant, entre autre, à inviter les associations et propriétaires de moulins à un dialogue qui se doit d’être constructif. Le courrier adressé à Madame la préfète d’Eure et Loir par l’asso, ADM 61, rappelant les obligations de consultations au titre de cette même  note n’a pas été sans être suivie des fait et il est de bon ton de la remercier pour cette décision équitable.

Et bien les amis ce fut le cas, un moment d’échange et d’écoute de part et d’autre nous a permis d’entendre la position de la DDT et de faire connaître notre position ; laquelle, toujours la même, résumer en deux mots « Sauvegarder pour transmettre » : sauvegarder à la fois les ouvrages appartenant au patrimoine et à l’histoire de nos territoires mais aussi protéger les zones humides et l’ensemble de la biodiversité sans se limiter aux poissons migrateurs (anguilles, truites) puisque que la petite faune, les insectes et la flore sauvages sont tout aussi menacées, dans la cadre du code de l’environnement (réf. au L214-17) comme cela nous a été rappelé.

Un diaporama construit en 3 points, réalisé et présenté par M PIEL, a servi de support aux échanges : présentation du plan national, état des lieux en Eure et Loir et liste des ouvrages dits « prioritaires ». M PIEL ayant pris soin de préciser qu’il fallait « à tout prix » restaurer la continuité écologique sur les cours d’eau classés en liste 2 quand cela était jugé « très dégradé », justifiant ainsi le choix des 28 ouvrages ciblés dont SEULEMENT 2 ponts…les remarques sur la qualité de l’eau les problématiques de gestion de l’eau, de sauvegarde et de protection des milieux, des problématiques de pollution, ont été également abordées : il nous semblait important d’affirmer que les moulins ont un rôle important voir essentiel pour répondre à l’ensemble des problématiques (biodiversité, prévention des risques accrus d’inondations ou de période de sécheresse qui menacent tout autant nos anguilles !).

Le but de cette réunion était de se prononcer sur la méthodologie de présentation sur les 28 « Ouvrages prioritaires » qui devront être aménagés sur les cours d’eau Eulériens : 28 ouvrages retenus sur 145 listés sur 120 km de cours d’eau. (L’Arcisse, la Berthe, la Cloche, l’Eure, la Jambette et la Rhône)

La présentation était soignée et très clairement énoncée ; les cours d’eau dont une grande partie se retrouvent sur le territoire du Perche Eulérien et les ouvrages, principalement des moulins, étaient désignés comme « prioritaires ».

Alors, bien sûr, il est difficile de retranscrire les deux heures trente de réunion qui, encore une fois, étaient très constructives mais il nous apparaît clairement que cibler 28 ouvrages sans que nous ayons pu participer au groupe de travail qui les a mis sur la sellette nous semble inconcevable. Encore une fois les règles s’établissent en coulisse, dans un contexte de monologue et d’une façon non équitable. Notre position d’acteur de l’eau a, une fois de plus, été bafouée et force est de constater que nous assistons encore une fois à un monologue.

Aujourd’hui Monsieur DEMOLIS nous demande de lui faire part de nos observations et  propositions sur cette procédure et nous accorde finalement 14 jours pour répondre au lieu de la semaine initialement prévue…Alors dilemme … 14 jours pour répondre à une méthodologie, qui il faut le rappeler désigne une liste de 28 ouvrages à aménager, non concertée et arbitraire, ce serait donc valider et accepter la méthodologie d’intervention sur les 28 ouvrages. Pour nous il est clair et nous allons en débattre au niveau du CA de l’association ADM 28.

Mr le Chef de service a bien précisé que cette liste n’était pas exhaustive et que si nous avions des arguments, certains ouvrages pourraient être retirés de cette liste mais d’autres ouvrages pourraient aussi être rajoutés.

Vous avez dit arguments ?  Comment, pourquoi, sur quelle base, quels critères, ces ouvrages on t’ils été désignés, comment valider ? Puisque nous n’avons pas été sollicités pour préparer cette liste...  Après une première lecture de ladite liste il nous apparaît déjà des zones d’ombre.

Ce sera la base de notre réflexion et le CA de l’ADM 28 se positionnera quant à la demande de l’administration.

Encore une fois un dialogue ouvert et positif que nous avons apprécié même si c’est bien grâce à notre courrier adressé en préfecture que nous avons été associés aux discussions et avons pu nous exprimer…Dialogue et échange sont une première étape, mais il faudra que l’administration écoute les points de vue de l’ensemble des acteurs de l’eau et non seulement écouter mais nous entende ! Enfin la méthodologie à retardement reste très regrettable et a été fortement dénoncée ! L’avenir traduira cette volonté d’apaisement, par les actes et les décisions politiques voir les aides financières possibles dont on nous a parlé quand des « solutions techniques ambitieuses » seront possibles (aménagement de passes à poissons) et comme cela a été réalisé sur le secteur de l’agglomération chartraine ou dans l’Eure… qui à ce jour n’a rien prouvé, à suivre.

Voilà les amis les quelques lignes que je souhaitais partager en ma qualité de membre du Conseil d’administration de l’ADM 28.

André QUIBLIER

Président de l’ADM 61

Membre du CA de l’ADM 28

Partenaire du CA de l’ASMR 72

Membre du Collectif de Sauvegarde des Rivières normandes.

Membre du Collectif de sauvegarde des Rivières du grand Ouest.

Ont participé à cette réunion en qualité que membre du CA de l’ADM28 : Jean Pierre VALLEE Vice-Président - Yves VAXINGHER - Julie MICHEL - Martine PERCHE. André Quiblier. Merci à eux d'avoir participé à la rédaction de cet article.

Le 24 janvier 2020 l’association les Amis Des Moulins  d’Eure et Loir était invitée à la DDT de Chartres 28
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article