Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
                                                                       AMIS DES MOULINS 61

 La loi n’impose pas qu’une intervention particulière soit prévue systématiquement sur un chaque ouvrage existants

3 Septembre 2020

Nous avons travaillé sur une étude proposée par un syndicat de rivières. Celui-ci propose 80.000€ pour rétablir la montaison des poissons de la rivière  Risle dans l'Orne à la source d'un ruisseau qui fait 3 Km de long ; selon la conclusion du  bureau d'études, qui a dû déjà coûter aux contribuables entre 8 et 10 000€, cela permettrait aux  anguilles, truites fario et à l'ombre commun de venir se désaltérer à la source. Il faut rajouter que tout ceci  reste à prouver puisque, comme tout le monde le sait, les anguilles sont amphibies et les truites passent volontiers les obstacles des cours d’eau et n’ont pas besoin de la main de l’homme pour le faire. En bref, l'intervention se ferait  sur  une distance de 600.mt  du ruisseau, nous parlons bien ici d'un "ruisseau" !

Cette étude propose un effacement du bief et de la structure hydraulique qui,  au passage,  effacera également la zone classée NATURA 2000. Cad que l'on efface une zone protégée en expulsant les  saproxyliques  avec toutes les chances pour qu’ils ne reviennent pas, pour rétablir  une zone dite « naturelle». Allez comprendre et parlez-nous d’écologie … C'est cette façon de concevoir l' écologie qui nous échappe et après on vient expliquer aux propriétaires de moulins qu'ils nuisent aux milieux naturels !

 Maintenant,  du côté financier dépenser 80 000€, après avoir payé 8 à 10 000€ au bureau d'étude... sans tenir compte du résultat puisque nous lisons dans ce rapport que l'on évoque des résultats "escomptés"  c’est ne pas tenir compte de la Note Technique du 30 Avril 2019 (NOR 19044749 N) publiée par le ministre d’état de la transition écologique. « La loi n’impose pas qu’une intervention particulière soit prévue systématiquement sur un chaque ouvrage existants …/ Cette position est d’autant plus vraie que le coût d’une intervention  pour améliorer la situation serait disproportionné par rapport au gain écologique attendu. ».

De plus cette méthode est purement et simplement une atteinte au droit de la propriété.

Le bief du moulin , crédit photo ADM.61

Le bief du moulin , crédit photo ADM.61

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article