Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
                                                                       AMIS DES MOULINS 61

Les écrevisses à Pieds blancs sont de retour

30 Juin 2018

Les écrevisses à Pieds blancs sont de retour dans la Jambée région du Perche Ornais 61 , voila plusieurs spécimens que nous récupérons au beau milieu des Pattes rouges . Nous avons bien entendu remis les pattes blanches dans l'eau , C'est SUPER !

Les écrevisses à Pieds blancs sont de retour
Lire la suite

Une réponse tardive et décevante

27 Juin 2018

Véronique Louwagie député de l'Orne

Une réponse tardive et décevante

Près de 10 mois après avoir sollicité le Ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, sur un projet de décret portant diverses modifications des dispositions du code de l’environnement relatives à la notion d’obstacle à la continuité, j’ai finalement obtenu une réponse qui n’est malheureusement pas à la hauteur des attentes exprimées.

Le Ministre de la Transition écologique et solidaire reste très silencieux sur la préservation des moulins. C’est pourtant sur ce point précis que j’avais souhaité l’interroger.

Malheureusement, le Ministre semble avoir oublié que les moulins représentent non seulement une part importante de notre patrimoine, mais qu’ils sont également indissociables de la question de la transition énergétique et de la protection de l’environnement..

Commentaires de l'association les amis des moulins 61.

Voyez comme le ministre Nicolas HULOT "se fou"t  du Patrimoine qui est resté l'emblème de nos territoires Ruraux ! Mais nous nous en restons Fièrs comme de vrais Français peuvent l'êtres de ce qui a nourri les générations précédentes!

C'est en regardant le passé que nous construirons l'avenir !

Les moulins de notre Pays , troisième édifices les plus visités après les Châteaux et les églises , . Dans l'Orne, nous avons pour habitude de les nommer "LES CHAPELLES DE LA REPUBLIQUE" puisque les droits d'eau dont ils bénéficient encore à ce jour ont été votés par l'assemblée révolutionnaire en ... 1793 !

Une réponse tardive et décevanteUne réponse tardive et décevante
Lire la suite

Du tritium dans les rivières bourguignonnes et comtoises (Eyrolle et al 2018)

25 Juin 2018

Un groupe de chercheurs vient de montrer que les rivières du bassin rhodanien contiennent du carbone 14 et du tritium "technogéniques", c'est-à-dire issus des activités humaines. En l'occurrence des centrales nucléaires, mais aussi des industries horlogères, qui usaient du tritium comme matière radioluminescente déposée sur les éléments de l'affichage horaire et permettant leur lecture dans l'obscurité. La Tille, l'Ognon, le Doubs, la Loue montrent des concentrations localement élevées. Pas d'affolement, car ces dépôts sédimentaires de faible activité ne semblent pas radiotoxiques au plan sanitaire pour l'homme. Mais cette contamination rappelle que nos rivières actuelles reflètent un lourd héritage industriel dont les effets retard sont loin d'être tous compris. Aussi qu'il vaut toujours mieux analyser des sédiments avant de les remobiliser dans le cas d'un effacement d'ouvrage, ce que les préfectures négligent bien trop souvent.

Source asso HYDRAUXOIS 

Lire la suite sur  sur  :http://www.hydrauxois.org/2018/06/du-tritium-dans-les-rivieres.html

Du tritium dans les rivières bourguignonnes et comtoises (Eyrolle et al 2018)
Lire la suite

L'identité du moulin à eau

23 Juin 2018

  • L'identité du moulin à eau provient tout entière de son ouvrage en rivière qui crée une retenue et détourne un canal (bief) en vue d'un usage de l'eau. C'est aussi vrai pour d'autres cas, notamment les canaux traditionnels d'irrigation ou les lacs des grands barrages, comme ceux de la Sélune. Détruire l'ouvrage, c'est détruire des milieux aquatiques et humides (la retenue, le canal, les zones humides et milieux rivulaires sous leur influence) en même temps que détruire l'identité du moulin ainsi que la possibilité de lui rendre des usages.
  • Si "différentes solutions" existent, voici la vérité : les représentants de l'Etat au sein des agences de l'eau ont reçu pour consigne d'engager le surfinancement des destructions au détriment des solutions douces (vannes, passes, contournement) ; les représentants de l'Etat au sein des DDT-M ont laissé entendre que la destruction est une issue légale voire souhaitable alors qu'elle n'a jamais été inscrite dans la loi française, soit un excès de pouvoir institutionnalisé depuis 5 ans et une décrédibilisation sans précédent de la parole de l'Etat; les fonctionnaires de l'Onema devenu Agence française de la biodiversité ont systématiquement surévalué l'enjeu de certains poissons (en raison de lien historique de cette institution au lobby pêche) et n'ont jamais procédé à l'inventaire de la biodiversité des cours d'eau aménagés, en particulier des ouvrages et de leurs annexes, couvrant de leur autorité des chantiers bâclés. La plupart des syndicats de rivières, parcs régionaux et autres maîtres d'ouvrages publics, soumis aux diktats de cette administration, ont étudié les ouvrages en rivière avec des biais systématiques de construction dans leur méthode, conduisant dans la plupart des cas à prétendre que la destruction serait la meilleure solution (de toute façon, la seule financée...).

Ces dérives, tous les constatent et personne n'en veut plus. Les orientations du comité national de l'eau sont pour l'instant très en deçà de nos attentes, pour une réforme qui doit être revue de fond en comble et non simplement aménagée sur sa marge.

Signez et diffusez la lettre-pétition à Nicolas Hulot, qui sera envoyée également à tous les parlementaires dans l'été.

http://www.hydrauxois.org/

 

MOULIN ORNAIS 61

MOULIN ORNAIS 61

Lire la suite

Nicolas Hulot n'a pas (encore) compris l'urgence de stopper les dérives de la continuité écologique

22 Juin 2018

Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, vient de publier une réponse copiée-collée à l'identique à la dizaine de parlementaires qui l'ont déjà saisi depuis mars dernier à propos des destructions d'ouvrages hydrauliques (barrages, moulins, étangs) au nom de la continuité écologique. Cette réponse est manifestement rédigée par sa direction administrative et non pas inspirée par un avis politique sur ce débat démocratique très vif depuis 5 ans, avec une large majorité de parlementaires ayant exprimé leur souhait d'arrêter la casse à la chaîne des moulins, étangs, barrages et autres ouvrages. Si Nicolas Hulot ne veut pas comprendre, s'il reste prisonnier de l'écran de fumée de sa haute administration lui masquant le naufrage de cette réforme, le blocage complet sur le terrain, les centaines de luttes ouvertes pour protéger les rivières et leur patrimoine, il nous revient de lui expliquer, aussi longtemps que nécessaire. Hydrauxois saisira donc à nouveau le ministre ainsi que l'ensemble des parlementaires cet été : merci de signer à nos côtés et de diffuser massivement la lettre pétition des propriétaires et riverains refusant la destruction du patrimoine hydraulique.

lire la suite sur :       http://www.hydrauxois.org/

Nicolas Hulot n'a pas (encore) compris l'urgence de stopper les dérives de la continuité écologique
Lire la suite

Les forêts anciennes regorgent-elles de biodiversité ?

22 Juin 2018

By :REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE (RÉDACTION,  in :L’AGORA: PUBLICATIONS

Les forêts françaises ont doublé de surface depuis le début du XIXesiècle. Elles sont donc composées au moins pour moitié d’anciennes terres cultivées, de pâtures et de landes. Dans quelle mesure l’utilisation passée des terres influence-t-elle la faune et la flore des écosystèmes forestiers ? La Revue forestière française explore la question dans sa dernière livraison, entièrement consacrée aux forêts anciennes.

Les changements d’usage du sol ont pour effet d’accroître ou de diminuer les surfaces forestières selon les régions, et de fragmenter ou de défragmenter les massifs boisés. Les espèces présentes sont plus ou moins vulnérables à ces évolutions.

La continuité de l’état boisé (c’est-à-dire la permanence temporelle de l’usage forestier du sol) ou son ancienneté doivent être différenciées de l’âge du peuplement forestier et des éléments associés, comme les vieux arbres ou le bois mort. Ainsi, il est possible de trouver des jeunes peuplements et des peuplements d’âge intermédiaire aussi bien en forêt ancienne qu’en forêt récente.

 

Qu’est-ce qu’une forêt ancienne ?
Les forêts anciennes correspondent à des forêts n’ayant pas connu d’interruption de l’état boisé depuis une date de référence. Quelle date de référence faut-il prendre en compte ? Certaines modifications des sols peuvent persister pendant des centaines, voire des milliers d’années. C’est le cas des apports de phosphore en agriculture, dont on observe encore la trace dans les anciens champs gallo-romains retrouvés dans les forêts actuelles. En l’absence d’arguments écologiques précis, trois sources sont disponibles à l’échelle nationale en France :
– la carte de Cassini (échelle du 1/86 500), a priori la plus ancienne (1749-1790) ;
– le cadastre napoléonien (1812-1850) ;
– et la carte d’état-major (1818-1866), réalisée à une date proche du minimum forestier français qui pourrait se situer dans la seconde moitié du XIXe siècle.

***    A lire cet excellent article complet sur :https://www.forestopic.com/fr/agora/publications/769-forets-anciennes-biodiversite-histoire

 
Extrait de la carte de Cassini : forêt de Marly (Yvelines) au XVIIIe siècle. La plus grande partie de l’actuelle forêt de Marly est une forêt ancienne, l’état boisé sans interruption du XVIIIe siècle à aujourd'hui y est attesté par les cartes géographiques existantes (source de la carte : Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, EHESS)

Extrait de la carte de Cassini : forêt de Marly (Yvelines) au XVIIIe siècle. La plus grande partie de l’actuelle forêt de Marly est une forêt ancienne, l’état boisé sans interruption du XVIIIe siècle à aujourd'hui y est attesté par les cartes géographiques existantes (source de la carte : Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, EHESS)

Lire la suite

   Réponse du Ministre d'état,ministre de la transition écologique et solidaire

22 Juin 2018

Recherche d'équilibre entre « continuité écologique » et patrimoine
 Une réponse de M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire vient d'être apportée à cette question 

Recherche d'équilibre entre « continuité écologique » et patrimoine 
15 éme législature 

Question écrite n° 04085 posée par Mme Dominique VÉRIEN (de l'Yonne - UC) 
publiée dans le JO Sénat du 29/03/2018 - page 1469 


Mme Dominique Vérien attire l'attention de M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur les coûts importants pour les communes rurales et les propriétaires d'ouvrage dans la mise en œuvre de la « continuité écologique ». La « continuité écologique » introduite par les lois « Grenelle » (loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l'environnement et loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement) a permis d'améliorer la circulation des espèces vivantes et des limons le long des cours d'eau français permettant la protection de la biodiversité. Cependant, cette politique indispensable se doit d'être efficiente. Il est donc nécessaire que les sommes importantes mobilisées pour les travaux et les délais imposés soient en cohérence avec les résultats pour la biodiversité. En effet, dans le seul département de l'Yonne, la préfecture a listé 370 ouvrages devant faire l'objet de travaux pour permettre la « continuité écologique » dans un délai de cinq ans. Les travaux à réaliser pour la mise en œuvre de la « continuité écologique » sur les ouvrages sont très onéreux. Bien que les agences de l'eau prennent une grande partie des travaux à leur charge, il n'en reste pas moins que les collectivités locales et les particuliers sont sollicités financièrement et que ces sommes peuvent être importantes pour des petites communes rurales et des propriétaires privés. De plus, cette politique aboutit à la mise en danger des éléments de notre patrimoine architectural que sont les forges, les moulins et les barrages, pour des résultats parfois très faibles. Elle s'interroge sur la possibilité d'assouplir pour les petites communes et les petits ouvrages le régime juridique de la « continuité écologique » en se penchant notamment sur la question, au cas par cas, de l'utilité de ces travaux et sur la recherche d'un équilibre entre préservation patrimoniale et l'hypothétique reconquête d'une « continuité écologique ».

Réponse de M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire 
publiée dans le JO Sénat du 21/06/2018 - page 3155 

La restauration de la continuité écologique des cours d'eau (libre circulation des poissons et des sédiments) est une composante essentielle de l'atteinte du bon état des masses d'eau conformément à la directive cadre sur l'eau. Cette continuité est essentiellement impactée par les seuils et barrages qui sont sur les cours d'eau. Ils empêchent plus ou moins fortement le déplacement des poissons vers leurs habitats, refuges et frayères, ennoient certains de ces mêmes éléments et stockent les sédiments. Pour réduire ces effets, la loi a prévu des classements de cours d'eau qui rendent obligatoire pour les ouvrages existants en lit mineur, d'assurer la circulation piscicole et le transport sédimentaire là où cet enjeu est fort. Cette préoccupation est ancienne puisque la première loi prévoyant d'imposer le franchissement des ouvrages par les poissons date de 1865 avant les grands barrages et avant la pollution du 20ème siècle. La mise en œuvre de la continuité écologique nécessite la conciliation de plusieurs enjeux importants tels que la qualité de l'eau,  l'hydroélectricité, le patrimoine et la préservation de la biodiversité. Certains acteurs concernés manifestent de vives réactions. Pour autant, la restauration de la continuité n'a en aucun cas pour objectif et conséquence, la destruction des moulins puisqu'elle ne s'intéresse qu'aux seuils dans le lit mineur des cours d'eau et que différentes solutions d'aménagement existent. Afin d'apaiser les choses, un groupe de travail a été constitué au sein du comité national de l'eau (CNE). Les fédérations de défense des moulins et l'association des riverains de France y sont pleinement associées. Composé de représentants de l'ensemble des acteurs concernés, ce groupe de travail se sera réuni cinq fois entre octobre 2017 et juin 2018. Il s'est vu confier par le CNE une mission d'écoute, d'analyse et de synthèse formulées sous forme d'un projet de plan d'action pour améliorer la mise en œuvre de la continuité écologique sur le terrain. Le comité national de l'eau rendra un avis sur ce projet de plan qui sera adressé au ministre de la transition écologique et solidaire. On ne doute pas, au regard des travaux du groupe, que ceux-ci permettront de prendre les dispositions nécessaires pour faciliter une mise en œuvre plus apaisée de la continuité écologique dans le respect des différentes parties, des différents enjeux et de la réglementation européenne.
 
 

La question a reçu au moins une réponse..

Vous pouvez consulter cette question sur le site du sénat 


 

 

Lire la suite

Le député Taugourdeau demande à nouveau que cesse la destruction planifiée des moulins en France

19 Juin 2018

M. Jean-Charles Taugourdeau. Il ne s’agit surtout pas de détruire les moulins, mais de détruire ce qui retient l’eau pour les moulins, et donc aussi des biotopes. Lors de la construction des moulins, un fossé était toujours prévu pour joindre l’aval à l’amont au-dessus de la retenue d’eau, et ledit fossé permettait le passage des poissons – je rappelle qu’au XIXe siècle, des ouvriers s’étaient même mis en grève parce qu’ils en avaient assez de ne manger que du saumon, celui-ci étant en abondance dans toutes les rivières de France. La continuité écologique existait bien, et ce serait d’autant plus une aberration de détruire les biefs qu’on ne pourrait alors plus se servir des moulins pour la production d’hydroélectricité.

 

à lire sur la page http://www.hydrauxois.org/2018/06/le-depute-taugourdeau-demande-nouveau.html

Le député Taugourdeau demande à nouveau que cesse la destruction planifiée des moulins en France
Lire la suite

JPPM Les moulins d'Eure et Loir et Beaucerons au RV au moulin de Rainville.

18 Juin 2018

C’est à l’occasion des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins (JPPM)  que  les Moulins du Perche Euréliens et Beaucerons,  présidés par J.P. Vallée et Jacky Pigeard,  avaient installé leur stand dans le Parc du Moulin de Rainville siège de l'association "Les amis des moulins 61" .

Ces Deux jours de contact et de participation à ces portes ouvertes ont été fructueuses.  Les visiteurs en ont profité pour demander des explications sur  les problèmes rencontrés par les propriétaires de moulin. Nous avons aussi  évoqué  l'Hydroélectricité  mais le thème principal restait le Patrimoine bâti  et nous avions des connaisseurs sur place puisque les Maisons Paysannes de l'Orne avaient un stand sur site. Nous avons également eu le plaisir d'accueillir  sur un autre stand le photographe animalier Christophe AUBERT qui dédicaçait ses ouvrages. l'Association,  les amis des moulins 61,  était également ravie que les voisins d'Eure et loir aient accepté l'invitation à cette journée, laquelle, avec tous ses apports, sans oublier les nombreux visiteurs s'est trouvée être très réussie !

JPPM Les moulins d'Eure et Loir et Beaucerons  au RV au moulin de Rainville.
JPPM Les moulins d'Eure et Loir et Beaucerons  au RV au moulin de Rainville.
JPPM Les moulins d'Eure et Loir et Beaucerons  au RV au moulin de Rainville.
JPPM Les moulins d'Eure et Loir et Beaucerons  au RV au moulin de Rainville.
JPPM Les moulins d'Eure et Loir et Beaucerons  au RV au moulin de Rainville.
Lire la suite

Publié depuis Overblog et Facebook et Twitter

17 Juin 2018

Première journée Portes Ouvertes du "patrimoine de pays et des Moulins", au moulin de Rainville, réussie, avec un temps magnifique, et des visiteurs heureux. Vous pouvez encore découvrir demain dimanche les merveilleux jardins créés par Pimprenelle, maîtresse des lieux, et suivre André Quiblier pour la visite du moulin et du petit musée gardé par les hirondelles. Je suis ravi de pouvoir exposer quelques-unes de mes photos dans ce lieu magique.

Christophe AUBERT Auteur Photograhe 

A voir absolument  les Photos sur : 

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=602117416832418&set=pcb.602123670165126&type=3&theater

Lire la suite
1 2 > >>