Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
                                                                       AMIS DES MOULINS 61

Les arbitrages de l’agence de l’eau sont inacceptables et entraîneraient l’ouverture de contentieux judiciaires s’ils devaient persister dans le 11ème programme d’intervention 2019-2024.

27 Octobre 2018

Prime à la casse des moulins dans les programmes des agences de l'eau, ou les mensonges de la continuité écologique "apaisée"
 
Les agences de l'eau sont en train de voter leur programme d'intervention 2019-2024, c'est-à-dire leur orientation programmatique et financière. Les associations de moulins et riverains sont aujourd'hui exclues des concertations comme des délibérations. Fidèle à son double langage, l'administration en charge de l'eau et de la biodiversité prétend à Paris qu'elle veut une "continuité apaisée", mais persiste dans plusieurs agences de l'eau à donner la priorité économique à la destruction des ouvrages en rivière et à refuser l'indemnisation des travaux prévue par la loi de 2006. Soit un chantage financier contraignant souvent les plus faibles à céder et à détruire le patrimoine. A l'initiative de notre association, avec le soutien national de la FFAM, de la FDMF, de l'ARF, de l'UNSAAEB et l'OCE, une quarantaine d'associations se sont mobilisées pour lancer des appels sur les bassins Loire-Bretagne et Seine-Normandie. Ces associations refusent la prime à la casse des moulins, forges, étangs et barrages.  Face à la mauvaise foi et au dogmatisme de leurs interlocuteurs, elles se concertent aujourd'hui pour organiser les ripostes judiciaires aux dérives administratives. En attendant, les propriétaires et riverains attachés aux ouvrages s'engagent solidairement sur la même position de défense des rivières et de leurs patrimoines: aucun abandon de droit d'eau, aucune proposition remettant en cause la situation légalement autorisée, aucun chantier d'intérêt général sans indemnisation publique. Car tels sont la lettre et l'esprit de la loi française votée par les représentants des citoyens. Une loi exprimant la volonté générale et s'imposant aux dérives illégitimes des bureaucraties comme des lobbies de la destruction. 
 
lire la suite sur :http://www.hydrauxois.org/2018/10/prime-la-casse-des-moulins-dans-les.html 
 
Lire la suite

Énergies renouvelables - Hydroélectricité : les élus et énergéticiens veulent turbiner ensemble

17 Octobre 2018

Par ,   

 

Comment valoriser l'ancrage territorial de la filière hydroélectrique ? Et a-t-elle encore de l'avenir ? Pour tenter d'y répondre, un colloque organisé par le Syndicat des énergies renouvelables (SER) avec l'appui de l'Ademe vient de réunir 200 participants le 11 octobre, à Paris.

La perspective d'une mise en concurrence des concessions hydroélectriques, qui pourrait vite concerner une centaine d'aménagements, et la demande de prolongation en cours d'instruction au niveau européen pour certains ouvrages comme ceux du fleuve Rhône ne sont pas les seuls enjeux qui agitent le landerneau de l'hydroélectricité. Un petit monde en quête d'une visibilité qui s'est ternie au fil des décennies, à force de statu quo pénalisant son développement et d'un cadre réglementaire jugé trop strict.
Bonne nouvelle cependant, il cherche à s'ouvrir et à se renouveler avec l'appui d'élus locaux qui, comme Marie-Noëlle Battistel, députée socialiste de l'Isère et présidente de l'Association des élus de montagne (Anem), croient dans son potentiel : "Elle est la première énergie renouvelable et une chance pour la France, pourvoyeuse de milliers d'emplois directs et d'autres induits dans la maintenance, l'agriculture, les sports d'eau vive ou l'irrigation, avec un rôle socle dans la conciliation des usages de l'eau et notamment la gestion des crues", a-t-elle défendu lors de ce colloque organisé le 11 octobre par le Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Multi-usages et multiples enjeux

Moins connu, l'argument touristique : avec la vogue du tourisme industriel, certaines centrales comme EDF Bazacle en bord de Garonne et son impressionnante passe à poissons font le plein et attirent des visiteurs. Le rôle socle de l'hydroélectricité dans la conciliation des usages de l'eau et notamment la gestion des crues a aussi été mis en avant. Il y fut aussi question de sa place dans le mix électrique, de sa "capacité de modulation qui s'accompagne d'une capacité de stockage", de l'intégration environnementale des ouvrages, de la nécessité de moderniser les installations existantes... La présence de l'administration du ministère de la Transition écologique n'a toutefois pas suffi à apaiser les esprits. Avec un parc de 25,5 GW installés et environ 2.300 centrales de toutes tailles, la filière a des atouts mais souffre d'un manque de visibilité et d'un blocage à l'investissement.

Parent pauvre des EnR

Elle craint d'être l'oubliée des énergies renouvelables : "C'est encore pire pour la petite hydroélectricité et nos 600 petites centrales qui ont fait des efforts de modernisation mais ont besoin d'aide", alerte Christine Etchegoyhen de France Hydro Électricité. Projets à l'arrêt, recul de la production, appel d'offres fraîchement lancé (voir notre article dans l'édition du 27 août 2018) qui ne suffit pas... Par ailleurs la mutation qu'implique le classement des cours d'eau et la logique de continuité écologique handicapent ce secteur fragile "qui produit pourtant une énergie décentralisée, contribue à la stabilité du réseau local et maintient une activité économique dans des zones rurales", ajoute-t-elle.
Le renouveau du dialogue entre élus et énergéticiens a été pointé. Pour Arnaud Viala, député LR de l'Aveyron, "les deux camps se sont longtemps ignorés mais l'appel du pied des premiers porte ses fruits : continuons de travailler de concert pour faire de l'hydroélectricité un élément pivot du développement territorial". Et André Flajolet, vice-président de l'AMF, d'ajouter aux doléances : "Peut-on en faire partout ? De manière équilibrée, durable et en tenant compte du changement climatique et de la disponibilité de la ressource en eau ? Les élus veulent être associés à ces questions pour que les barrages restent des outils au service de la transition énergétique." "Et au service du développement des territoires ruraux et de montagne", conclut le député LREM des Hautes-Pyrénées Jean-Bernard Sempastous.

Source :https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Articles/Articles&cid=1250281775527

 

Énergies renouvelables - Hydroélectricité : les élus et énergéticiens veulent turbiner ensemble
Lire la suite

Voici venu le temps de l’écologie des catacombes.

17 Octobre 2018

REMOUS
LES CHASSEURS VONT ABSORBER L’AGENCE FRANÇAISE POUR LA BIODIVERSITÉ ET LES AGENCES DE L’EAU
PAR MARC LAIMÉ, 16 OCTOBRE 2018

 

Point d’orgue d’une entreprise de démolition qui va mettre à bas un demi-siècle de politique environnementale en France, le gouvernement s’apprête à légiférer par ordonnance pour fusionner l’AFB et l’ONCFS. Eaux glacées publie en exclusivité le projet de loi organique, l’exposé des motifs et le projet de loi qui vont signer ce coup de force sans précédent, dont les conséquences seront cataclysmiques.

à lire sur   http://www.eauxglacees.com/Les-chasseurs-vont-absorber-l

Voici venu le temps de l’écologie des catacombes.
Lire la suite

Cri d’alarme contre le déboisement des berges de l’Isère et du Drac

17 Octobre 2018

"Entre 2005 et 2013, 70 hectares (plus de 70 000 arbres) de forêt alluviale de l’Isère ont été remplacés par de l’herbe. Et ce déboisement va s’aggraver le long du Drac, dans le cadre des travaux d’élargissement de l’A 480" .

à lire sur,

https://www.ledauphine.com/…/cri-d-alarme-contre-le-deboise…

 

 

Lire la suite

Sébastien LECORNU est sorti de l'environnement remplacé par Emmanuelle WARGON

16 Octobre 2018

Sébastien LECORNU est sorti de l'environnement remplacé par Emmanuelle WARGON

Nous avions un courrier sur le feu  pour le ministre , bon.... il n'y aura que le nom à changer  ...

Comment voulez vous que les fonctionnaires du ministère de l'environnement ne se taillent pas la part du Lion avec des ministres qui "Valsent" ! nous souhaitons bonne chance à Madame le Ministre Emmanuelle WARGON et nous allons lui envoyer notre premier courrier , en espérant qu'elle sera à l'écoute des P'tits moulins.

 

REMANIEMENT - Ancienne conseillère de Bernard Kouchner, ex-responsable de la communication de Danone, Emmanuel Wargon fait son entrée au gouvernement en remplacement de Sébastien Lecornu en tant que secrétaire d'Etat au ministère de la Transition écologique.

Après deux semaines d'attente, le nouveau gouvernement Philippe est enfin connu. Parmi les entrants, figure Emmanuelle Wargon. Cette ancienne de Danone remplace Sébastien Lecornu, au secrétariat d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique François de Rugy. 

Nom : Wargon

Prénom : Emmanuelle

Age : 46 ans

Signes particuliers : Emmanuelle Wargon est un pur produit des grandes écoles de la République. Diplômée de HEC, de l'IEP de Paris puis de l'ENA. Elle est la fille de Lionel Stoléru, ancien ministre de Valéry Giscard d'Estaing et de François Mitterrand. 

Directrice générale des affaires publiques de Danone, elle a démarré sa carrière à la Cour des Comptes, avant de rejoindre le cabinet de Bernard Kouchner, lorsqu'il était ministre de la Santé. Elle y était conseillère technique. 

Puis, elle fait une halte au sein de l'AP-HP, (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), en tant que directrice déléguée à la coordination et au contrôle interne. Durant le quinquennat de François Hollande, elle était déléguée générale à l'emploi et la formation professionnelle au ministère du Travail, avant de prendre en charge les affaires publiques et la communication au sein du groupe Danone. 

Source : La rédaction de LCI

 

Sébastien LECORNU est sorti de l'environnement remplacé par Emmanuelle WARGON
Lire la suite
Lire la suite

Les Noix fraîches du moulin de Rainville

12 Octobre 2018

Les Noix Naturelles du Perche , origine le moulin de Rainville sont en vente chez Barnabé l'épicier Place de l'Hôtel de ville à Longny au Perche . Le produit de la vente est entièrement reversé à l'association " Les Amis des Moulisn 61" 

 

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

« moulins au cœur des combats et de l’économie »

12 Octobre 2018

Communiqué de la FDMF ,Après le superbe hommage rendu aux « moulins au cœur des combats et de l’économie » par Jean-Pierre Henri Azéma dans le n°50 du « Monde Des Moulins », d’octobre 2014, la Fédération des Moulins de France a souhaité clôturer les commémorations du centenaire 1914-1918 en mettant en lumière la vie d’un meunier pendant la Grande Guerre et en honorant sa mémoire.

Dans le département de l’Aube, situé en limite sud des zones de combats, le meunier des Riceys, mobilisé comme réserviste, a suivi le flot des hommes en bleu tout en se languissant de son épouse, de sa fillette et de son moulin. Comme il s’ennuyait, il écrivait à son épouse qui lui répondait, quand elle pouvait car il n’était pas facile pour elle de reprendre les affaires à la place du meunier. Les lettres qu’ils échangeaient (plus de 800) retracent la vie quotidienne d’un soldat malgré lui et d’une meunière malgré elle…

Le numéro spécial n°66 du Monde Des Moulins d’octobre 2018 donne vie à ces échanges et témoigne de ce moment tragique de l’Histoire de France. Une édition originale qui nourrit l’Histoire…

La publication de notre revue sur ces souvenirs et la cérémonie commémorative, qui se tiendra le samedi 10 novembre au Moulin à vent de Dosches, ont obtenu le label « centenaire » décerné par le Conseil Scientifique de la Mission du Centenaire.

 

« moulins au cœur des combats et de l’économie »
Lire la suite
1 2 > >>