Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
                                                                       AMIS DES MOULINS 61

Bonne et Belle Année 2019

28 Décembre 2018

  L’association Les Amis des Moulins 61

     Vous souhaite une  Belle année 2019.

 

« Longue vie à nos moulins et à nos cours d’eau »

 

                                         Le conseil d'Administration ADM 61

 

Bonne  et Belle Année 2019
Lire la suite
Lire la suite

L'écrevisse à pattes blanches bénéficie de la fragmentation des cours d'eau par les chutes naturelles et artificielles (Manenti et al 2018)

24 Décembre 2018

Une équipe de chercheurs ayant analysé la situation de l'écrevisse à pattes blanches dans 196 rivières et zones humides du nord de l'Italie montre que la présence de chutes naturelles et artificielles en aval est un facteur prédictif de la conservation de l'espèce en tête de bassin. Les scientifiques appellent à prendre en compte cette complexité dans la gestion des bassins versants changés par l'homme, où des "discontinuités écologiques" peuvent aussi avoir des bénéfices pour le vivant. Ils écrivent notamment : "Nos résultats contestent l'idée selon laquelle la connectivité des habitats hydrologiques a toujours des effets positifs sur la biodiversité endémique". Le discours public des rivières en France (ministère de l'écologie et ses services) pose a priori le bénéfice écologique supérieur de la destruction de tout ouvrage en rivière. La recherche montre que les réalités sont plus complexes, dès lors qu'on prend le temps de les analyser. Etudions cette réalité du vivant sur chaque bassin, évitons les précipitations dans les programmations publiques, cessons de diffuser des vues simplistes et des choix dogmatiques dont le bilan réel pour la biodiversité n'est pas connu.

Lire la suite sur http://www.hydrauxois.org/

Photo ADM 61 écrevise pattes blanches dans la Jambée , Rivières du Perche ornais

L'écrevisse à pattes blanches bénéficie de la fragmentation des cours d'eau par les chutes naturelles et artificielles (Manenti et al 2018)
L'écrevisse à pattes blanches bénéficie de la fragmentation des cours d'eau par les chutes naturelles et artificielles (Manenti et al 2018)
Lire la suite

Naturel ou artificiel : le sapin de Noël est-il écologique ?

17 Décembre 2018

 

Alors que 5 millions de sapins naturels vont être coupés des exploitations françaises pour illuminer les intérieurs pendant les fêtes de fin d'année, les modes de production posent la question de l'impact écologique de l'arbre de Noël.

Pour les fêtes de Noël, ce sont plus de six millions de sapins naturels qui entreront dans les foyers Français. 20 % sont produits à l'étranger, essentiellement en Belgique et au Danemark. Ce sont cinq millions de sapins de Noël français, Nordmann ou épicéa, qui seront produits sur 5.000 hectares. Un quart des sapins français est produit dans le Morvan, sur quelques 1.500 hectares.

Plusieurs producteurs français se sont engagés dans une démarche éco-certifiante, mais sur plus de 130 producteurs d'arbres de Noël, leur nombre reste limité. Seulement quatre bénéficient du label international MPS, qui "mesure et évalue la pression environnementale liée aux intrants horticoles, ainsi qu'au mode de gestion de l'eau et des déchets", et trois du label français horticole Plante Bleue, attestant que "les professionnels ont des pratiques de production respectueuses de l'environnement". 

Phytosanitaires et résidus

Une fois planté sur les parcelles après deux ans de semis et deux ans de pépinière, un sapin reçoit en moyenne une dizaine de traitements annuels, au moins pendant les trois premières années de sa vie : engrais, produits phytosanitaires, et hormones. Des traitements qui ne sont pas sans poser problème pour l'environnement et la santé humaine. En 2007, sur la commune de Champeaux-en-Morvan (Côte d'Or), le 2,6-dichlorobenzamide, un métabolite du dichlobénil, herbicide utilisé dans la culture des sapins et interdit en France depuis 2010, a été retrouvé à la source du Vossou. Une station de traitement par filtration sur charbon actif en grain a été installée. Le 2,6-dichlorobenzamide reste aujourd'hui régulièrement retrouvé à la source du Vossou, à des teneurs respectant la norme "eau brute" mais dépassant la norme "eau distribuée". Le traitement par filtration est toujours actif.

"Peu de demandes de sapins bio"

Les producteurs ont engagé une démarche plus raisonnée dans l'utilisation des phytosanitaires, selon l'Association Française du Sapin de Noël Naturel (AFSNN). "Nous testons des solutions alternatives comme le désherbage mécanique ou l'enherbement contrôlé", explique Frédéric Naudet, son président, lui-même producteur de sapins dans le Morvan. Aujourd'hui le nombre de producteurs bio augmente au fil des ans, mais la production de sapins exempts de traitements phytosanitaires reste encore confidentielle. "Il y a peu de demandes des distributeurs, en bout de chaîne, pour vendre des sapins bio", précise Frédéric Naudet. 

Mais quitte à avoir un sapin, l'option naturelle semble la plus écologique. Une analyse du cycle de vie réalisée par une société canadienne en 2009 a montré qu'il faudrait garder plus de 15 ans son sapin artificiel en plastique et métal pour que l'intérêt écologique soit réel.

Rémi Pin

Rémi Pin

Journaliste : Reporter d'imagesAprès une formation d’ingénieur des industries agricoles et alimentaires, Rémi est devenu journaliste en presse écrite professionnelle et scientifique pendant cinq ans. S’en suivent six années en tant que JRI dans des rédactions et des sociétés de production audiovisuelles. Il rejoint Cogiterra en 2018, passionné par les thématiques environnementales et persuadé que le monde va mal et court à sa perte. 
Il aime beaucoup les chats, les chiens, et les plantes :-))

Naturel ou artificiel : le sapin de Noël est-il écologique ?
Lire la suite

Mans’Art, devenez acteur de la 8ème édition

14 Décembre 2018

Mans’Art, devenez acteur de la 8 ème édition
UNE BELLE VITRINE AUX PORTES DU PERCHE ET DE L'ORNE

La 8ème édition de Mans’Art se déroulera les 27 et 28 avril 2019 à la Cité Plantagenêt du Mans autour de la thématique de l’innovation.
Inscription jusqu’au 20 janvier 2019.

CONTACTS EXPOSANTS
Jessie COUALLIER & Maryse BOBINEAU
Service Tourisme et Patrimoine de la Ville du Mans
Maison du Pilier Rouge – 41/43 Grande Rue – 72000 LE MANS – Tél : 02 43 47 36 65
Mail : jessie.couallier@lemans.fr et maryse.bobineau@lemans.fr

L'Association les Amis des moulins 61 sera présente aux côtés de : l" Association Sauvegarde des  Moulins et Rivières 72

Mans’Art, devenez acteur de la 8ème édition
Lire la suite

Agence de l’eau/élus locaux-bureaux d’études : je te tiens par la barbichette.

5 Décembre 2018

L’abus de position dominante et le chantage sont une arme efficace. S’ils sont dénoncés dans le monde des affaires, ils n’émeuvent personne quand il s’agit d’argent public alors que cela devrait être l’inverse ? Exemple de la commune de Genay (21) qui pourrait être victime d’une stratégie habituelle: l'agence de l'eau Seine-Normandie(*) subordonne la subvention pour l’assainissement non collectif à la destruction du seuil du moulin et du plan d'eau du village.

• Preuve que le dogme d’abrogation du droit d’eau  prime toute autre considération. Pour améliorer la qualité de l’eau, l’Agence de l’eau devrait prioriser l’assainissement collectif, en ne prenant pas le risque environnemental que la commune décide de conserver son seuil.
Mais d’expérience, l’agence de l’eau est sûre d’elle et de la docilité de ses exécutants. C’est ça, l’arrogance.

• C’est aussi l’usage du pouvoir et du poids de l’argent au service d’une doctrine, controversée par ceux-là même qui alimentent l’énorme cagnotte de l’eau.

• De nombreux maires témoignent avec une grimace éloquente qu’il serait très maladroit de leur part de s’opposer au diktat de l’agence de l’eau… en perspective du prochain dossier de demande de subvention. C’est ça l’effet d’une position dominante.

 

Or, les français en ont marre de cette gabegie financière, de ces pratiques bureaucratiques et de ce mépris démocratique.

 

Les Agences de l’eau ont mis leurs acteurs au pas cadencé :

-      les syndicats de rivière : au lieu de défendre l'intérêt général, le syndicat SMBVA(*) met en œuvre cette politique sans sourciller,

-      les bureaux d’études savent qu’ils doivent (subordination par la subvention aux études) prioriser la destruction (pudiquement baptisée « effacement » ou « arasement »),

-      les dits bureaux d’études doivent orienter leurs diagnostics prédéfinis pour rester dans le listing recommandé aux maîtres d’ouvrages. En clair, ils ne défendent pas les intérêts de leurs mandants.

 

Les technocrates de l'eau alimentent les contestations en les imputant à ceux qui les dénoncent.
Ils feignent de ne pas comprendre que de telles méthodes dignes des républiques bananières et que le gâchis d'argent public sont de moins en moins tolérés.
Surtout dans une ruralité où l'argent fait défaut.

 (*) Existerait-il deux sortes d’élus ? Ceux qui, très heureux de siéger dans ces instances, sans jamais mot dire, votent "comme il faut" pour garder leur place (la contradiction n’est guère appréciée), et ceux qui subissent sur le terrain ce que leurs collègues cautionnent ?

Nous reproduisons ci-dessous un extrait du courrier de l’agence de l’eau au SMBVA dont la commune de Genay a reçu copie.

 

« Monsieur le Président,

 

Par courrier reçu le 03/09/2018, vous sollicitez une aide de l’Agence de l’eau Seine-Normandie pour la réalisation de l’opération consistant à établir l’état écologique initial d’un tronçon de l’Armançon, avant effacement d’un ouvrage hydraulique situé sur la commune de Genay.

 

Après première analyse des informations que vous avez fournies, il apparaît que l’Agence de l’eau est susceptible d’accorder une aide pour ce type d’opération.

 

Le projet d’effacement de l’ouvrage (ROE 14848), pour lequel un arrêté d’abrogation de droit d’eau a été prononcé, est l’élément déclencheur d’une aide financière de l’Agence pour la réhabilitation d’une cinquante d’assainissement non collectif dans la commune de Genay (projet présenté à la commission des aides d’octobre 2018).

 

Afin d’obtenir un gain écologique significatif sur le secteur, les deux projets doivent être menés en parallèle (cf courrier en pièce jointe).nous souhaitons donc avoir des précisions quant au calendrier, à l’état, et à la nature du projet d’effacement  de l’ouvrage concerné ».

 

Article repris sur le Site OCE (observatoire de la continuité écologique 

http://continuite-ecologique.fr/agence-de-leau-elus-locaux-bureaux-detudes-je-te-tiens-par-la-barbichette/

Agence de l’eau/élus locaux-bureaux d’études : je te tiens par la barbichette.
Lire la suite

entre Molière et les Meules ...

5 Décembre 2018

Comment Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, a choisi son nom de scène ? Réponse de notre invité le professeur de littérature française Georges Forestier

Faites un COPIER/COLLER sur :

https://twitter.com/i/status/1069590831634493440

 

 

 
 
 
 
143 vues
1:10 / 1:10
 
 
 entre Molière  et les Meules ...
Lire la suite

Message Tout un chacun peut faire des erreurs, et être grandi de les reconnaitre. 

3 Décembre 2018

Voici le message de l'un de nos adhérent ,qui devons nous le préciser n'est pas propriétaire e moulin mais qui est une personne sensible et équilibré  :

Tout un chacun peut faire des erreurs, et être grandi de les reconnaitre.     "Nos ainés ont certainement fait des erreurs, aujourd'hui doit-on détruire notre patrimoine sous couvert d'une soi-disante continuité écologique.
Puisque la question m'est posée, n'ayant aucun intérêt économique mais par contre ayant une autre idée de l'Ecologie et de la préservation du Patrimoine je pense qu'il ne faut pas laisser l'agence de l'eau détruire l'équilibre actuel du milieu biologique dans lequel vivent la faune et de la flore."
 
Merci à lui de ce commentaire qui devrait en faire réfléchir certains 
Message Tout un chacun peut faire des erreurs, et être grandi de les reconnaitre. 
Lire la suite