Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
                                                                       AMIS DES MOULINS 61
Lire la suite

Le moulin est une installation utilisant la force mécanique de l'eau

31 Mai 2019

La question est importante car elle détermine le champ d’application de l’obligation de la restauration de la continuité écologique des cours d’eau. L'article L. 214-18-1 du code de l'environnement exonère les moulins équipés par leurs propriétaires ou des tiers, pour la production hydroélectrique, des obligations de restauration de la continuité écologique issues du classement du cours d'eau en liste 2 au titre de l'article L. 214-17. Une fiche interne, en appui aux services déconcentrés, a été rédigée en 2017 par le ministère de la transition écologique et solidaire afin de faciliter la lecture de cet article et d'homogénéiser les décisions que les services seraient susceptibles de prendre en application de celui-ci. Cette fiche a fait l'objet en 2018 de discussions au sein du groupe de travail pour la mise en œuvre du plan d'action pour un déploiement apaisé de la continuité écologique du Comité national de l'eau (CNE) auquel participaient notamment les représentants des moulins. Le consensus n'a pas été entièrement trouvé au sein de ce groupe, toutefois divers points ont pu être éclaircis. La définition du moulin comme une installation utilisant la force mécanique de l'eau, qui y est proposée, est tirée de celle donnée dans le guide à l'attention des propriétaires de moulins réalisé par les deux fédérations de défense des moulins et l'association française des établissements publics territoriaux de bassin (AFEPTB) en 2013. Il est considéré qu'un moulin équipé est un moulin d'ores et déjà équipé pour la production hydroélectrique ou en train d'être équipé à la date de publication de la loi. Et il est rappelé que la notion de moulin « régulièrement installé », portée dans le deuxième paragraphe de l'article législatif, est précisée par la jurisprudence. Enfin, des précisions sont donnés sur le cadre de mise en œuvre de cette disposition au regard des obligations européennes et engagements internationaux de la France en matière de bon état des cours d'eau, de protection d'espèces et de reconquête de la biodiversité, dont le règlement européen pour l'anguille de portée juridique supérieure aux dispositions légales nationales. La fiche devrait être publiée comme note technique sur le site circulaires.legifrance.gouv.fr. (QE n° 14086 de Boris Vallaud, réponse du ministère de la Transition écologique, JOAN 28 mai 2019, p. 5014).

Conclusion de l'ADM 61 , Un moulin équipé de ses vannes et ouvrages est donc un moulin équipé

Le moulin est une installation utilisant la force mécanique de l'eau
Lire la suite

JADOT contre le Loby de la chasse

30 Mai 2019

Yannick JADOT monte aux créneaux contre le lobbying des chasseurs , à quand la montée contre le Lobbying des Pêcheurs ???

lire l'article sur : http://www.leparisien.fr/politique/yannick-jadot-la-ruralite-ce-n-est-pas-la-chasse-03-11-2018-7934355.php

 

 

Yannick Jadot est tête de liste des écologistes pour les élections européennes de 2019. LP/Illustration Elene Usdin

Yannick Jadot est tête de liste des écologistes pour les élections européennes de 2019. LP/Illustration Elene Usdin

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

Des cours d’eau contaminés par les antibiotiques un peu partout dans le monde Publié le lundi 27 mai 2019 à 23 h 11

29 Mai 2019

Radio-Canada

Des dizaines de rivières dans le monde recèlent d'importantes concentrations d'antibiotiques, montre une étude menée par deux chercheurs de l'Université York, en Grande-Bretagne.

Il s’agit, selon les chercheurs, de la première étude de suivi qui tente de répertorier les points névralgiques de la contamination pharmaceutique à travers le monde.

Ce qu’elle dépeint est inquiétant, puisqu’ils ont trouvé une quantité élevée d’antibiotiques dans 65 % des 711 emplacements testés. Dans certains cas, les taux sont 300 fois plus élevés que les niveaux considérés comme sécuritaires.

Les systèmes fluviaux contenant les plus hauts niveaux d’antibiotiques se trouvent en Afrique et en Asie, mais certains, en Europe ainsi qu’en Amérique du Nord et du Sud, enregistrent aussi des niveaux préoccupants.

Les cours d’eau où les chercheurs ont découvert les plus hauts taux d’antibiotiques se situent au Bangladesh, au Pakistan, au Kenya, au Ghana et au Nigeria.

John Wilkinson et Alistar Boxall, du Département d’environnement et géographie de l’Université York, ont analysé les niveaux de 14 antibiotiques communs dans 92 systèmes fluviaux de 72 pays. Chaque cours d’eau a été testé à plusieurs endroits. Des résultats plus détaillés de leurs recherches seront publiés ultérieurement.

Ces données ne surprennent pas Pedro A. Segura, professeur adjoint au Laboratoire de chimie analytique et environnementale du Département de chimie de l’Université de Sherbrooke, qui a dirigé, en 2015, une étude comparative recensant les données existantes sur la présence mondiale d'antibiotiques dans les eaux de surface. « Les concentrations d'antibiotiques étaient considérablement plus élevées dans les pays à faible revenu par rapport aux pays à revenu élevé », explique-t-il.

L’étude de l’Université York révèle que les sites où l’on a mesuré les plus hautes concentrations d’antibiotiques se trouvaient habituellement à proximité de systèmes de traitement des eaux usées ou de décharges d’ordures ou d’égouts.

Il ne faut donc pas croire que la majorité des rivières du monde sont intégralement contaminées, nuance le professeur Segura. « Ça dépend vraiment de l’endroit où l’on va prendre les échantillons. »

La résistance aux antibiotiques

L’antibiotique le plus présent dans l’échantillonnage est le trimethoprim, retrouvé dans 307 des 711 sites testés, dont on se sert pour traiter les infections urinaires. Les chercheurs ont aussi trouvé des concentrations très élevées de metronidazole et de ciprofloxacin, tous deux utilisés contre des infections bactériologiques.

Une main gantée tient une boîte de Petri.Des bactéries en laboratoire Photo : iStock

La présence de ces substances dans l’eau inquiète la communauté scientifique, parce qu’elle pourrait mener au développement de la résistance aux antibiotiques chez les bactéries, explique Pedro A. Segura. « Lorsque les antibiotiques se retrouvent dans un milieu donné, les bactéries qui sont capables de développer des outils pour détruire ces antibiotiques vont devenir de plus en plus importantes, tandis que celles qui ne le sont pas vont devenir moins importantes. »

Donc, on va se retrouver avec un ensemble de bactéries de plus en plus résistantes à un plus grand nombre d’antibiotiques.

 Pedro A. Segura, professeur adjoint au Département de chimie de l’Université de Sherbrooke

Un autre point à prendre en compte, mais sur lequel on en sait encore très peu, est l’impact des antibiotiques sur les organismes non ciblés, tels que les algues et les crustacés. On devrait cependant s’en soucier davantage, « étant donné qu'ils sont à la base de la chaîne alimentaire », ajoute M. Segura.

 

Lire la suite

En Angleterre, les rivières contaminées par des drogues et des médicaments

29 Mai 2019

Des chercheurs ont découvert un large éventail de produits chimiques, notamment de traces de médicaments, de cocaïne et de pesticides, dans la faune des rivières britanniques.

Ces scientifiques du Kings College de Londres ont examiné l’exposition de la faune, comme la crevette d’eau douce, à différents micropolluants. L’équipe a recueilli des échantillons dans 15 sites différents du Suffolk, un comté de l’Est de l’Angleterre.

Dans les espèces récoltées, les scientifiques ont retrouvé de la cocaïne et d’autres drogues illicites telles que la kétamine, mais aussi des pesticides et des produits pharmaceutiques ! « Bien que les concentrations soient faibles, nous avons identifié des composés susceptibles de nuire à l’environnement et, ce qui est très important, de constituer un risque pour la faune », explique Thomas Miller, du King’s College de Londres. Reste à déterminer quels risques.

Un problème local ?

Pour Nic Bury de l’Université du Suffolk, « la question est de savoir si la présence de cocaïne chez les animaux aquatiques est un problème localisé au comté du Suffolk, ou plus largement au Royaume-Uni et à l’étranger ».

A noter : Plusieurs travaux ont déjà montré que la consommation de médicaments à domicile, ainsi que dans les établissements hospitaliers était la source majeure de contamination des écosystèmes aquatiques via les systèmes d’assainissement.

 
En Angleterre, les rivières contaminées par des drogues et des médicaments
Lire la suite

Des chercheurs ont découvert un large éventail de produits chimiques, notamment de traces de médicaments, de cocaïne et de pesticides, dans la faune des rivières britanniques.

29 Mai 2019

Des chercheurs ont découvert un large éventail de produits chimiques, notamment de traces de médicaments, de cocaïne et de pesticides, dans la faune des rivières britanniques.

Ces scientifiques du Kings College de Londres ont examiné l’exposition de la faune, comme la crevette d’eau douce, à différents micropolluants. L’équipe a recueilli des échantillons dans 15 sites différents du Suffolk, un comté de l’Est de l’Angleterre.

Dans les espèces récoltées, les scientifiques ont retrouvé de la cocaïne et d’autres drogues illicites telles que la kétamine, mais aussi des pesticides et des produits pharmaceutiques ! « Bien que les concentrations soient faibles, nous avons identifié des composés susceptibles de nuire à l’environnement et, ce qui est très important, de constituer un risque pour la faune », explique Thomas Miller, du King’s College de Londres. Reste à déterminer quels risques.

Un problème local ?

Pour Nic Bury de l’Université du Suffolk, « la question est de savoir si la présence de cocaïne chez les animaux aquatiques est un problème localisé au comté du Suffolk, ou plus largement au Royaume-Uni et à l’étranger ».

A noter : Plusieurs travaux ont déjà montré que la consommation de médicaments à domicile, ainsi que dans les établissements hospitaliers était la source majeure de contamination des écosystèmes aquatiques via les systèmes d’assainissement.

 
Des chercheurs ont découvert un large éventail de produits chimiques, notamment de traces de médicaments, de cocaïne et de pesticides, dans la faune des rivières britanniques.
Lire la suite

Des chercheurs ont découvert un large éventail de produits chimiques, notamment de traces de médicaments, de cocaïne et de pesticides, dans la faune des rivières britanniques.

29 Mai 2019

Des chercheurs ont découvert un large éventail de produits chimiques, notamment de traces de médicaments, de cocaïne et de pesticides, dans la faune des rivières britanniques.

Ces scientifiques du Kings College de Londres ont examiné l’exposition de la faune, comme la crevette d’eau douce, à différents micropolluants. L’équipe a recueilli des échantillons dans 15 sites différents du Suffolk, un comté de l’Est de l’Angleterre.

Dans les espèces récoltées, les scientifiques ont retrouvé de la cocaïne et d’autres drogues illicites telles que la kétamine, mais aussi des pesticides et des produits pharmaceutiques ! « Bien que les concentrations soient faibles, nous avons identifié des composés susceptibles de nuire à l’environnement et, ce qui est très important, de constituer un risque pour la faune », explique Thomas Miller, du King’s College de Londres. Reste à déterminer quels risques.

Un problème local ?

Pour Nic Bury de l’Université du Suffolk, « la question est de savoir si la présence de cocaïne chez les animaux aquatiques est un problème localisé au comté du Suffolk, ou plus largement au Royaume-Uni et à l’étranger ».

A noter : Plusieurs travaux ont déjà montré que la consommation de médicaments à domicile, ainsi que dans les établissements hospitaliers était la source majeure de contamination des écosystèmes aquatiques via les systèmes d’assainissement.

 
Des chercheurs ont découvert un large éventail de produits chimiques, notamment de traces de médicaments, de cocaïne et de pesticides, dans la faune des rivières britanniques.
Lire la suite

Des listes d'ouvrages prioritaires de continuité dans 6 mois... Qui classe? De quelle autorité? Sur quelle méthode validée? Avec quelle concertation?

29 Mai 2019

Si les agences de l'eau produisent dans 6 mois seulement une liste d'ouvrages prioritaires sans avoir consulté les propriétaires, les riverains, les associations locales, sans avoir soumis la méthode retenue de priorisation à la libre critique de tous, sans avoir publié intégralement les échanges ayant conduit à l'adoption des priorités par tel ou tel comité, sans avoir répondu à d'éventuelles objections sur l'intérêt, la cohérence, l'efficacité des priorités, sans avoir proposé de statut juridique aux "non prioritaires", on ne voit guère comment s'installeraient les conditions initiales d'un apaisement. Car la gouvernance fermée et autoritaire a été la première erreur de la continuité, avec une politique publique construite sans entendre les premiers concernés, voire en les désignant dans des documents administratifs d'orientation comme de véritables adversaires!

Nous prenons donc date au nom de nos adhérents, sympathisants, et avec toutes nos associations correspondantes : la transparence et la concertation sont requises, que l'on nous indique dès à présent les lieux numériques publics d'information et d'échanges ouverts sur la priorisation

lire la suite sur:  http://www.hydrauxois.org/2019/05/des-listes-douvrages-prioritaires-de.html

Des listes d'ouvrages prioritaires de continuité dans 6 mois... Qui classe? De quelle autorité? Sur quelle méthode validée? Avec quelle concertation?
Lire la suite
1 2 3 > >>