Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
                                                                       AMIS DES MOULINS 61

La dernière Roue du département de l'Orne

9 Septembre 2019

Et oui en pleine incertitude entretenue par les services publics ,il y a des propriétaires de moulin qui n'hésitent pas à investir pour produire . Cette magnifique roue a été réalisée par notre partenaire .Moulins Patrimoine

 

André Quiblier Et voilà pas plus difficile que ça de produire propre 0 co 2 ! Une génératrice au bout de l'arbre , c'est tellement simple que même nos ancêtres y avaient pensé 😂 mais nos "grands " technocrates ne l'on pas encore inventé ... Rassurez vous ce ne sera pas la dernière

 

Réalisation Entreprise Moulins Patrimoine

Réalisation Entreprise Moulins Patrimoine

Lire la suite

Un Forum réussit

8 Septembre 2019

L'association "les amis des moulins 61" était présente sur le stand au forum des associations de Longny au Perche . A côté le Stand de "Culture Art et Patrimoine au pays de Longny"ou Mr le maire de Longny les Villages et Mme la déléguée pour le Patrimoine et la Culture de la CDC des hauts du Perche se sont arrêtés un moment .
Un moment de rencontre et de partage avec les autres associations locales.
Un Forum réussit
Un Forum réussit
Lire la suite

forum des Associations le 7 Septembre à Longny au Perche .

5 Septembre 2019

L'association "Les amis  des moulins 61 " sera présente au forum des associations , à la salle des fêtes de Longny au Perche 61  (place de l'Hôtel de ville)  de 10h à 17h sans interruption . Rejoignez nous nous aurons plaisir à vos rencontrer .

renseignement 02 33 83 74 91 

forum des Associations le 7 Septembre à Longny au Perche .
Lire la suite

ALERTE Sécheresse dans l'Orne.

5 Septembre 2019

Restrictions des usages de l’eau dans l’Orne

Message  important de la D.D.T. de l'orne :

Arrêté sécheresse du 3 septembre 2019

Bonjour,
Je vous prie de trouver, ci-joint, l'arrêté préfectoral du 3 septembre 2019 adoptant des
mesures de restriction temporaire des usages de l'eau dans le département de
l'Orne accompagné d'un communiqué de presse.
Cordialement.
--
Denis GANDIN
Chef du service eau et biodiversité (seb)
02 33 32 50 38 - ddt-seb@orne.gouv.fr
 

 
   Direction Dépa
rtementale des Territoires (ddt)
  
Cité administrative - place Bonet - BP 537 - 61007 Alençon cedex
  
www.orne.gouv.fr

 

lettre de Mme le préfet de l'Orne   http://www.orne.gouv.fr/restriction-des-usages-de-l-eau-dans-l-orne-ete-a9521.html

 

 

ALERTE Sécheresse dans l'Orne.
Lire la suite

Les sécheresses ? Une mauvaise gestion des pluies !

2 Septembre 2019

En France la consommation totale d'eau (potable, industrie et agricole) ne représente que 2,5% des pluies annuelles... On serait capables d'envoyer des sondes sur Mars pour trouver des traces d’eau, mais incapables de capter plus de 2,5 % des pluies sur terre ?

Les raisons ? L'application simpliste de la continuité biologique des cours d'eau, et le détournement massif de l'eau douce par les assainissements des zones urbanisées.

On a entrepris un vaste programme de destructions systématiques des barrages sur les rivières, ces mêmes barrages que les anciens avaient construit pour justement avoir de l'eau... Résultat, l'eau s'écoule plus vite mais moins longtemps, donc on a des inondations l'hiver et des rivières à sec l'été... Consternant mais logique !

Aujourd'hui, pour éviter les inondations, on construit des bassins d’expansions des crues, pour ralentir le retour à la mer de la pluie et permettre son utilisation ou son infiltration, exactement le rôle des retenues qui ont été détruites... Il ne fallait pas toucher aux barrages tant qu'on n’avait pas résolu nos problèmes d'eau !

On manque  d'eau l'été et on détruit les réserves l'hiver, aucun pays au monde ne ferait cette bêtise...

Le détournement massif (et illégal) de l'eau douce par les villes est une véritable calamité qui épuise les ressources en eau des campagnes ! Le code de l'environnement impose aux zones artificialisées de traiter et d'infiltrer tous les rejets (eaux usées et pluies) pour justement ne pas perturber le cycle de rechargement des nappes phréatiques, et quand les infiltrations ne sont pas possibles l'eau doit être recyclée pour des usages non domestiques comme l'arrosage... Autrement dit les rejets en rivières (solution de facilité et sources de pollutions...) sont à éviter au maximum !

D'ailleurs toutes les nouvelles zones artificialisées sont aux normes, mais ce sont les anciennes qui posent problèmes et les chiffres sont hallucinants... Par exemple, en Nouvelle Aquitaine, on compte 781 000 hectares artificialisées (9,3% du territoire), avec 700 millimètres de pluie par an, ça donne 5 milliards de mètres cubes d'eau rejetés directement dans la mer sans utilisation ou infiltration... Pour information c'est 3 fois la consommation totale de toute la région (potable, industrie et agricole)... Avec 50 % des pluies qui coulent sur le béton des villes, on aurait de quoi irriguer la totalité de la surface agricole utile de la région (environ 4 millions d'hectares), et sans prélever une seule goutte dans les nappes phréatiques...

Les sécheresses n'ont rien à voir avec le réchauffement climatique, c'est une juste une très mauvaise gestion des pluies. On ne peut pas passer trois saisons à évacuer massivement la pluie vers la mer et prétendre avoir de l'eau l'été ! Les agriculteurs sont les seuls à avoir le bon sens de faire des réserves d'eau l'hiver pour épargner les nappes l'été... Faisons tous des réserves l'hiver, mettons les villes aux normes, et on ne parlera plus jamais de restrictions d'eau !

La végétalisation des surfaces (agricoles et urbaines) est indispensable l'été pour réguler le climat et sauver la biodiversité, un sol sec c'est un sol mort (la biodiversité des sols étant à la base de toutes les chaines alimentaires, ça explique une grande partie de l'effondrement). Les sols se minéralisent essentiellement par une exposition prolongée au soleil brulant de l’été. Sans végétation vivante l'été, les sols se dégradent en libérant du CO2 au lieu d'en capturer !

Notre environnement est vert parce qu'il pleut et il pleut parce que notre environnement est vert : l'évapotranspiration n'est pas un problème c'est même lasolution au dérèglement climatique...

La réciproque est également vraie : le sols sont secs parce qu'il ne pleut pas, et il ne pleut pas parce que les sols sont secs... Il ne faut jamais couper le cycle de l'eau (évaporation), c'est notre pompe à eau et notre pompe à chaleur ! Cela peut paraitre paradoxal mais la réduction de 10 % par an (depuis 20 ans...) des surfaces irriguées a contribué à aggraver fortement le phénomène ! Planter des haies dans les champs est une goutte d'eau dans l'océan, l'ampleur de ce phénomène est beaucoup trop grande. Il faut une vingtaine d'années pour qu'un arbre commence à être efficace pour le climat... On sera tous morts avant !

Les surfaces végétales sont les seules qui ne brûlent pas au soleil, qui ne stockent pas la chaleur, qui pompent du CO2, qui libèrent de l'oxygène, qui entretiennent le cycle de l'eau, qui stockent l'énergie solaire sous forme de biomasse, qui protègent la biodiversité et qui nourrissent la planète… A condition de les maintenir en vie avec de l'eau au moment ou on en a le plus besoin : l'été... Donc en faisant des réserves l'hiver !

Un arbre adulte (feuillus) consomme 500 litres d'eau par jour l'été, soit 5000 mètres cubes à l'hectare et par an, soit 500 millimètres de pluie (70 % des précipitations) et c'est pour cela que les forêts régulent le climat ! Si les forêts de conifères brûlent trous les étés, c'est parce qu'elles évaporent deux fois moins d'eau que les forêts de feuillus, donc évacuent deux fois moins de chaleur et ne favorisent pas les pluies.

Aucun champ irrigué ne pourra consommer plus d'eau l'été qu'il n'a laissé infiltrer l'hiver... L'eau infiltrée est utilisée par les villes, ce qui ne poserait aucun problème si cette eau était restituée aux champs après traitement... Pour information, les boues de stations d'épurations sont épandues dans les champs, et l'eau "propre"dans les rivières... Un simple retour de l'eau des villes dans les champs permettrait de diviser par deux les prélèvements dans les nappes phréatiques l'été, et donc de résoudre tous nos problèmes hydrologiques... Pas besoin d'inventer de nouvelles règles, il suffit de faire appliquer le code de l'environnement aux collectivités !

Ce n'est pas la biodiversité qui sauvera le climat, mais c'est en sauvant le climat que l'on sauvera la biodiversité.

Laurent Denise
Contribuable
Fils d'agriculteur
Formation et expérience professionnelles en climatologie, météorologie, hydrologie, traitement des eaux, irrigation et permaculture

Source WIKIAGRI .

Les sécheresses ? Une mauvaise gestion des pluies !
Lire la suite
<< < 1 2