Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
                                                                       AMIS DES MOULINS 61

Le principe de la continuité écologique engendre un préjudice immobilier

25 Janvier 2022

Par OCE le 24/01/2022.

Témoignage récent : la propriétaire d’un moulin, pas du tout au fait du code de l’environnement, décide de vendre son bien. Un acquéreur, lui très affûté sur les tenants et aboutissants de la continuité écologique, adhérent de la FFAM, fait une offre de prix et signe un compromis. il a compris que le moulin était réputé "régulier et autorisé". Tout va bien pour les parties.

Il avait observé que la pose d’une vanne à 2000 € suffirait pour que l’ouvrage hydraulique soit en parfaite conformité avec la loi.
Pour des raisons particulières étrangères au dossier, l’acheteur très contrarié doit renoncer au compromis.

L’agence immobilière présente un nouvel acquéreur.

Selon le réflexe habituel pourtant formellement déconseillé, celui-ci s’empresse d’interroger la DDT. Grand mal lui a pris.
L’administration lui répond qu’elle exigera tels aménagements et telles prescriptions complémentaires.
L’estimation des travaux demandés à mauvais escient par la DDT s’élevant à 95% de la valeur du bien, le second acquéreur dénonce  lui aussi le compromis cette fois pour défaut de devoir d’information de l’agence. Tout va mal.
Ce beau moulin est toujours à vendre, mais plus au même prix.

 

Autre cas de préjudice immobilier important :
Un gros moulin propriété d’une Collectivité est à vendre. Équipé d’une turbine, il produisait de l’électricité depuis longtemps. Un dossier de « mise en conformité », alors qu’il était parfaitement conforme au Code de l’environnement, fut quand même exigé. L’OFB préconisa une rivière de contournement dans une prairie voisine hors propriété.
Le vendeur, laissant l’OFB prescrire et l’Agence de l’eau subventionner, a laissé les services administratifs opérer. En guise de débit réservé, la belle rivière de contournement dérive probablement 60% du module.
Les acquéreurs potentiels, imaginant poser une seconde voire une troisième turbine, ne donnent évidemment pas suite.
Le vendeur a déjà baissé son prix de 200 000€ … mais il devra le revoir à la baisse ou y investir beaucoup d’argent en conservant ce bien.

Le principe de la continuité écologique contrarie la valorisation des territoires ruraux
On déplore l’absence d’analyse multifonctionnelle. L’investissement aurait pu être réalisé par un particulier et produire (entre autres valorisations) de l’électricité propre.
Il risque de se transformer en 3 ou 4 millions d’euros à charge de la Collectivité. Un dossier perdant / perdant.

Le principe de la continuité écologique engendre un préjudice immobilier
Dans ces deux cas, les vendeurs payent très cher leur méconnaissance de la loi sur l’eau. Ils ne sont pas du tout aidés par leur notaire et leur agence immobilière qui traitent des ventes de moulins et d’étangs sans rien connaître des droits et devoirs des ouvrages hydrauliques. 

Le principe de la continuité écologique engendre un préjudice immobilier
Lire la suite
Lire la suite

Les moulins et le Cormier, même histoire ancestrale.

12 Janvier 2022

Aujourd’hui a été planté dans le square Eugène Cordier à Longny au Perche , sous un beau soleil de Janvier, par l’association les Amis Des Moulins 61 accompagnée de la Municipalité de Longny-les-Villages représentée par Christian Baillif, le Maire,  et Jean-Vincent du Lac Maire délégué de Longny au Perche, Vice-président du Conseil Départemental de l’Orne, un jeune Cormier (fruitier).

Le cormier est un arbre en voie de disparition qui était cher aux meuniers. La croissance très lente de cet arbre expliquait sa dureté. Originaire du pourtour du bassin méditerranéen,  il figurait  déjà dans des textes de l’antiquité. Il était fort prisé notamment dans  la mécanique des moulins. Ce bois était parfait pour la réalisation des alluchons, (dents d’engrenage) explique A. QUIBLIER le Président de l’ADM 61. Il est, de fait,  que lorsque la fonte est apparue, les alluchons, eux, sont restés en bois car alliant dureté et souplesse. Il était également utilisé par les artisans,  tels que menuisiers, ébénistes et pour la fabrication de leurs outils, rabots, maillets, guillaune, trusquins,  manche d’outils.

"Longny-au-Perche qui,  autrefois,  était flanqué de huit moulins se devait de marquer par la plantation de cet arbre ancestral, son attachement au patrimoine", a indiqué J.V.du Lac.

Fidèles à la devise de l’association des Amis Des Moulins 61  Sauvegarder pour transmettre, les membres de l’Association, qui étaient présents,  ont déclaré, « C’est en mémoire des artisans et des meuniers de notre région,  le Perche, qu’aujourd’hui nous plantons cet arbre. »

 

Les moulins et le Cormier, même histoire ancestrale.
Lire la suite