Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
                                                                       AMIS DES MOULINS 61
Articles récents

Le patrimoine communal, retour vers le futur à Alençon 61

10 Mai 2022


« Le patrimoine communal, retour vers le futur » Amateurs et professionnels ont rendez-vous au Forum du patrimoine samedi 14 mai Hôtel du Département à Alençon 61. L’association Amis Des Moulins 61 y est invitée."

Vous agissez ou vous souhaitez agir pour restaurer, valoriser et animer le patrimoine de votre commune ? Le Forum du patrimoine est fait pour vous ! Samedi 14 mai, professionnels et amateurs ont rendez-vous à la 4e édition de l’évènement organisé par le Conseil départemental. A l’Hôtel du Département, 27 boulevard de Strasbourg à Alençon, les amoureux du patrimoine ornais échangeront autour du thème « Le patrimoine communal, retour vers le futur ». Conférences et tables-rondes sont au programme, et toute la journée associations locales et organismes tiendront des stands afin de renseigner les visiteurs. Entrée libre et gratuite.

Echanges et partages d’expériences sont au programme de la 4e édition du Forum du patrimoine, qui se déroule le 14 mai à l’Hôtel du Département à Alençon. Organisé par le Conseil départemental de l’Orne autour du thème « Le patrimoine communal, retour vers le futur », ce rendez-vous a vocation à fournir des informations précises et des éléments de réflexion aux personnes qui souhaitent s’investir dans la sauvegarde de leur patrimoine communal. L’évènement est ouvert à tous et gratuit.

A travers des conférences et des tables-rondes basées sur des exemples concrets, la protection des richesses patrimoniales Ornaises n’aura plus de secret pour les participants. Des associations et organismes seront également présents afin de renseigner au mieux le public tout au long de la journée.

Tout le programme

9h30 : « Le patrimoine des communes, essai de définition » Jean-Pascal Foucher, directeur des Archives départementales et du patrimoine culturel.

10h : « Les sources et les historiens amateurs » Anne-Marie Gronier, présidente d’Appenai patrimoine, Fabrice Beignet, président de Mémoires de Sainte-Scolasse et Jacqueline Maillard-Maze, présidente de Patrimoine de Goulet.

11h15 : « Retour sur le sinistre de la mairie de Flers » Isabelle Tortora, archiviste, Flers agglo.

11h45 : « Le Plan de sauvegarde des œuvres » Capitaine Laurent Dewas, chef du service prévision, Service départemental d’incendie et de secours.

14h30 : « Témoignages : restaurer son église » Dominique Ragot, maire de Sainte-Céronne-lès-Mortagne et Marie-Laurence Mallard, Chênedouit, Putanges-le-Lac.

15h10 : « Etudes de cas » Le Moulin Blanchard : Pascal Pecchioli, maire de Perche-en-Nocé / Le four à pain de Verrières : Marie-José Michel, présidente de Verrières patrimoine.                

16h15 : « Du bon usage des associations » Claude Trianon, délégué départemental de la Fondation du patrimoine.

16 h 35 : « Les communes nouvelles et leur patrimoine » Sébastien Leroux, Maire de Putanges-le-Lac, Michel Levesque, maire délégué de Saint-Hilaire-la-Gérard, Mortrée et Philippe Toussaint, Maire de Gouffern-en-Auge.

Toute la journée, le hall de l’Hôtel du Département accueillera le stands d’information de nombreuses associations et organismes : Amis du Perche, ASPPERCHE, Les Amis des Moulins 61 , Conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement, Conseil départemental de l’Orne (Direction des archives et du patrimoine culturel), Direction Régionale des Affaires Culturelles (UDAP), Églises ouvertes, Fondation du Patrimoine, Pays bas-normand, Petites Cités de Caractère, Région Normandie (service patrimoine et inventaire), Sauvegarde de l’art français, Société Historique et Archéologique de l’Orne.

SOYEZ NOMBREUX A NOUS Y REJOINDRE, nous vous attendons sur notre stand.

 

moulin du Perche.

moulin du Perche.

Lire la suite

Broyer les cerneaux de noix sous la pierre du moulin

2 Mai 2022

Broyer les cerneaux de noix sous la pierre du moulin

Broyer les cerneaux de noix sous la pierre du moulin, cuire la pâte obtenue au four à bois, puis passer au pressoir la pâte enfermée dans du tissu... L'huile de noix est le fruit de gestes ancestraux et de bien des efforts. Au final une huile parfumée... et de très belles images diffusées en 1966 dans Le Magazine.

A voir sur:

https://www.rts.ch/archives/tv/information/magazine/8342795-une-bonne-huile-de-noix.html

Lire la suite

La biodiversité une politique à deux vitesses dans notre pays.

23 Avril 2022

Nous nous apercevons que dans notre pays que lorsque nous sortons des cours d'eau, les autorités environnementales  sont beaucoup plus souples avec la biodiversité; Une politique à deux vitesses... A noter les conclusions de l'étude faites sur un projet  d'installation d'éoliennes, avis rendu par l'autorité environnementale. https://www.normandie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Avis_AE_moussonvilliers_signe_150916.pdf'enquête publique porte sur l'actualisation de la demande d'autorisation environnementale du projet de parc éolien situé à Moussonvilliers, commune déléguée de CHARENCEY, présentée par la SAS Futures Energies Parc du Haut Perche.

Notre association a souhaité donner son avis sur la question

Observation de l'association "les Amis Des Moulins 61"  ADM 61.
Une fois de plus nous nous voyons dans l’obligation de dénoncer le manque d’études préalables lié à ce projet.
En effet, à notre connaissance aucune étude réelle et sérieuse n’a été réalisée  sur la pollution des eaux souterraines, nappes phréatiques ou sources alimentant le sous-sol dans lequel est prévue l’implantation de ces éoliennes.  En effet, les fondations,  les structures métalliques et les matières accumulées lors de l’installation, puis, au cours du temps la dégradation inéluctable de microparticules rejoignant les zones aquifères vont avoir un impact entraînant la pollution d’un des éléments les plus fragiles de notre région l’eau.
L’environnement de Charencey, Moussonvilliers, particulièrement riche en zones humides, comme celui du Perche et de ses environs,  est actuellement protégé des pollutions industrielles et, de fait, bénéficie de cours d’eau en bon état écologique ;  il est donc important voire vital  de conserver et de protéger ce bénéfice.
Ces milieux humides existants à Moussonvilliers et dans ses environs représentent un  environnement particulier ; ils sont,  sans nul doute,  exceptionnels et encore une fois aucune étude d’impact réelle et sérieuse, n’a été faite sur la faune et la flore vivant dans les périmètres ciblés pour l’installation des machines.
A noter,  tout particulièrement,  la localisation des invertébrés, colonies repérées comme riches sur Moussonvilliers. Ils constituent une nourriture indispensable aux oiseaux de proie, de jour mais, particulièrement aux rapaces nocturnes qui ne manqueront pas d’être fortement perturbés puisqu’ ils ne peuvent localiser très précisément leurs proies que par les sons, ceci grâce aux différences de temps et d’intensité des vibrations reçues entre l’oreille droite et la gauche ;  ce qui,  vous en conviendrez,  sera impossible lors du fonctionnement des appareils et par conséquence créera un déséquilibre important dans le monde des animaux vivant dans cet environnement.
Nous aborderons dans notre note également les Chiroptères (Chiroptera), espèces protégées par décret ministériel , Arrêté ministériel du 23 Avril 2007 (Modifié le 15/09/2012) : « Sont interdits sur tout le territoire métropolitain et en tout temps : la destruction, la mutilation, la capture ou l’enlèvement, la perturbation intentionnelle des chauves-souris dans le milieu naturel, » comme beaucoup d’autre mammifères vivants dans la zone précitée, qui ont d’ailleurs  été repérés par l’association GMN « Groupe mammalogique normand » et subiront,  de plein fouet,  les conséquences des ondes concurrentes à celles qui leurs sont nécessaires pour chasser. L’étude présentée dans l’avis de l’autorité environnementale nous semble totalement dénuée de bon sens et ne donne aucune source réelle et sérieuse à son commentaire puisque basée sur des présomptions.
Comme pour les oiseaux de proie les commentaires et soi-disant études liées à l’étude environnementale sont incomplets et malheureusement auront de graves conséquences sur la biodiversité.
Voilà,  en quelque mots,  Madame l’enquêtrice,  quelques éléments qui, nous en sommes persuadés,  vous inviteront à conclure que ces manques d’enquêtes préliminaires, qui se devraient d’être effectuées par des organismes ou associations indépendants,  ne peuvent que vous invitez à délivrer un avis défavorable à la demande d'autorisation environnementale du projet de parc éolien situé à Moussonvilliers, commune déléguée de CHARENCEY.
Restant à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.
André QUIBLIER 
Président de l’ADM 61.
Association les amis des moulins 61.

Objet : agir pour le développement et la protection du patrimoine bâti, de la préservation de l'histoire des moulins ainsi que la protection de l'environnement, de la faune et de la flore aquatiques.

La biodiversité une politique à deux vitesses dans notre pays.
Lire la suite

Amis des moulins de la FDMF ! Merci pour les paroles de soutien à l'Ukraine Olena Krushynska,

31 Mars 2022

Message du Président de la fédération des moulins de France, Alain Eyquem: 

Chers Présidentes et Présidents
Chères et chers amis 

Dès le début du déclenchement de la guerre, nous avons pris contact avec

nos amis des moulins d'Ukraine en la personne d'Olena Krushynska,

que certains d'entre vous connaissent. Elle est spécialiste des moulins

dans ce pays et membre de l'Association Ukrainienne de Molinologie et de la Tims

. Elle a publié un article dans le Monde Des Moulins n°72, en avril 2020 pages 31 à 33,

"Les moulins en Ukraine".  Elle m'a régulièrement informé de la situation dramatique

qu'ils vivaient. Nous lui avons proposé notre aide par solidarité. Vous pouvez lire

son appel reçu hier.  (voir fichier joint)
Nous avons décidé de répondre à cette demande dans le cadre d'une action

humanitaire envers nos amis des Moulins d'Ukraine. Notre CA national a validé

cette initiative. La FDMF se propose donc de recueillir les fonds que nous espérons

recevoir de nos adhérents (associations, membres et moulins individuels,

sympathisants ...).
De manière pratique, il vous sera possible d'envoyer la somme que vous souhaitez

(même modeste une participation est importante):

  • sous forme d'un chèque à l'ordre de FDMF avec au dos l'inscription
  • "Solidarité Amis des moulins d'Ukraine".
  • par virement en signalant aussi "Solidarité amis des moulins d'Ukraine": 
  •  IBAN FDMF: FR76 1558 9335 6606 7471 0554 277

Il est important que vous répondiez le plus vite possible, les nombreux échanges

que nous avons avec Olena sont plutôt inquiétants. Il y a donc urgence.
L'idée chère à la FDMF  de construire une Europe culturelle des Moulins,

à la veille des Journées Européennes des Moulins et du Patrimoine Meulier

des 21 et 22 mai 2022, prendra encore plus de sens avec cette action de

solidarité...
Nous comptons sur vous et remercions Présidentes et Présidents des associations de la FDMF de s'engager dans cette action humanitaire. en diffusant cet appel le plus largement possible auprès de leurs adhérents. Nous vous tiendrons informés.
Bien amicalement

**********************************************************

 Appel de Olena Krushynska, reçu hier.
Chers collègues, amis des moulins de la FDMF ! Merci pour les paroles de soutien à l'Ukraine que je reçois de la Fédération Des Moulins de France (FDMF) ! Oui, en effet, nos vies ont radicalement changé le 24 février, quand les rockets et bombes aériennes sont tombées sur nos villes. Je suis maintenant dans notre maison de campagne familiale près de la ville de Pereyaslav environ 70 km sud-est de Kyiv. J'entends chaque jour le bruit lointain de l'artillerie. Ma fille est dans notre appartement à Kyiv. Les Russes lancent sur notre capitale des rockets tous les jours et surtout toutes les nuits. Nous contactons souvent nos proches pour demander si tout va bien. 3 à 8 fois par jour nous entendons hurler les sirènes qui nous avertissent des possibles bombardements. Tous mes amis et collègues qui n'ont pas directement rejoint l'armée aident comme volontaires. Aussi, nous versons constamment des dons pour répondre aux besoins urgents de nos soldats, médecins, des habitants des villes occupées et bombardées. Ces contributions sont quotidiennes et plus ou moins grandes, mais grâce au grand nombre de personnes généreuses nous réussissons à collecter les sommes nécessaires à ces besoins. Depuis deux semaines, mon ami Volodymyr Horon, qui travaillait dans le domaine du tourisme avant la guerre, a commencé à collecter des fonds pour l’organisation paramédicale de volontaires “Les Hospitaliers” pour acheter un véhicule adapté afin d’évacuer les blessés. Ce besoin est très urgent. Jusqu'à présent, 220 000 Hryvnias ont été collectés, c’est environ 6600 euros. Une voiture qui répond à ces exigences coûtera plus cher – prix à partir de 8500–9000 euros. Par conséquent, nous continuons la collecte et nous vous invitons à nous rejoindre. Je crois que les Français disent que « c’est avec les petits ruisseaux que l’on fait les grandes rivières ». Chaque contribution, petite ou grande, compte ! Merci pour votre solidarité avec l'Ukraine ! Olena Krushynska Fédération Ukrainienne de Molinologie 25 mars 2022
 Le moulin à eau reconstruit dans la réserve d’état de Polissia, région de Jytomyr. Photo Olena Krushynska

Le moulin à eau reconstruit dans la réserve d’état de Polissia, région de Jytomyr. Photo Olena Krushynska

Lire la suite

Des truites "féminisées"...

14 Mars 2022

Peut-on parler de pollution pharmaceutique dans nos fleuves et nos rivières ?  Xavier Leflaive, chercheur à l'OCDE (organisation de coopération et de développement économique), responsable de l'équipe "eau" est l'invité de Catherine Pottier. 

Alors que la pêche de la truite en première catégorie vient de s'ouvrir, une grande étude internationale, publiée dans la revue de l'Académie des sciences américaine, montre que la pollution liée à l'usage de médicaments, touche toutes les régions du monde. Les scientifiques se sont penchés sur 258 rivières coulant dans 106 pays.
De l'Antarctique aux villages amazoniens, en passant par Dehli ou Bagdad, partout on trouve des traces de substances pharmaceutiques, et la France n'échappe pas à la règle.

Les analyses se sont focalisées sur 61 substances médicamenteuses utilisées couramment comme les antibiotiques, les anti-inflammatoires, les antidépresseurs, les antidiabétiques ou les stimulants comme la caféine. Un quart des sites concernés présenteraient même un niveau de pollution supérieur à celui considéré comme sans danger pour l'homme et les organismes aquatiques.

Des truites "féminisées"...

Tout le monde s'accorde à dire aujourd'hui que cette pollution pharmaceutique a des conséquences sur les écosystèmes des cours d'eau. Plusieurs observations , dans l'eau et en laboratoire, ont montré que le rejet dans l'eau de contraceptifs oraux avait entraîné une "féminisation" des poissons.

Xavier Leflaive explique également que certains psychotropes pouvaient changer le comportement des poissons. Ils deviennent moins prudents et ont tendance à se jeter dans la gueule de leurs prédateurs.

Aujourd'hui on connaît les conséquences de la présence dans l'eau de résidus d'antibiotiques ou d'antidépresseurs, mais on ignore encore la multifactorisation.
"On sait que certaines substances, tout à fait inoffensives individuellement, vont se révéler toxiques et dangereuses lorsqu'elles se combinent entre elles", explique le chercheur. C'est ce que l'on appelle "l'effet cocktail" souvent observé dans les cours d'eau.

Extrait de l'article   Publié Les rejets de médicaments sont-ils une menace pour nos rivières et nos cours d'eau ? france Info : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/au-fil-de-l-eau/les-rejets-de-medicaments-sont-ils-une-menace-pour-nos-rivieres-et-nos-cours-d-eau_4981785.html

Des truites "féminisées"...
Lire la suite

Irrigation, continuité et petits arrangements entre amis

12 Mars 2022

par Jacques Palmaire

7 mars 2022

Dans le théâtre d’ombres de l’élaboration des politiques publiques de l’eau, des arrangements institutionnels peu avouables entachent les pratiques de nombre d’acteurs, au détriment de l’intérêt général.

Dans le Courrier de l’ouest du 3 mars 2022, un article sur la Coop de l’eau et un article de l’Hebdo sur la venue de "Plus jamais ça". Et dans le même Courrier de l’Ouest, une page sur le Thouet et le projet de suppression des plans d’eau ... où est la logique ? : https://www.ouest-france.fr/nouvell...

C’est une logique politico-institutionnelle issue d’un deal entre nos amis de FNE National (dont FMP, cf. Protocole 2018) et la DEB (Direction de l’Eau et de la Biodiversité au ministère) !

La monnaie d’échange, c’est "continuité écologique" contre "bassines" !... en fermant les yeux des deux côtés sur la qualité des eaux (polluées).

• Continuité écologique : suppression des obstacles sur les cours d’eau... (chaussées de moulins, barrages, seuils,...) sans toucher à ceux d’EDF, des CACG-BRL-SCP-CNR (trop gros, sauf quelques uns trop vieux et amortis) pour restaurer les flux de poissons migrateurs et de sédiments (dont le blocage n’est pas vérifié partout).

• Les bassines, vous connaissez. Le pari est qu’elles ne perturberaient pas la continuité écologique avec la substitution hiver-été. On sait ce qu’il en est.

C’est le résultat d’une vision deep ecology importée telle quelle des USA-Canada sous le vocable "rivières sauvages" (très implantée sur la Loire : pêche sportive et mouvement anti-barrages en coalition qui a réussi à bloquer certains projets) sauf qu’en Europe de l’Ouest contrairement à l’Amérique du Nord, les rivières sont aménagées depuis depuis le haut Moyen Âge (moulins, forges, ... ) avec un équilibre para-climacique (des petits ouvrages qui n’ont pas empêché les migrations piscicoles) et que ce sont les gros ouvrages qui perturbent les flux (ainsi que destructions d’habitat, pollutions et surpêche pour le poisson). Ce sans parler des différences hydrologiques entre les 2 continents.

Inutile de vous dire qui s’est fait rouler dans la farine et par qui.

Ca n’empêche pas certain-e-s "écolos" du cru (et du Protocole 2018) de percevoir des indemnités du PNR Marais Poitevin comme vice-président-e (ils sont 6-7 VP à en avoir depuis qqs années slt) et de faire valoir ostensiblement leur médaille de l’Ordre du Mérite pour services rendus. Rendus à qui ?

Marc Laimé - eauxglacees.com

http://www.eauxglacees.com/Irrigation-continuite-et-petits

photo Dany Rose

photo Dany Rose

Lire la suite

Nous avons appris, comme tout le monde, le départ de Jean-Pierre Pernaut, journaliste et animateur, pour le Paradis.

12 Mars 2022

Par Alain De La Bretesche – Président de la Fédération Patrimoine-Environnement. 

Nous avons appris, comme tout le monde, le départ de Jean-Pierre Pernaut, journaliste et animateur,  pour  le Paradis.
C’était une belle personne. Il ne se contentait pas, chaque jour vers midi, d’exposer aux téléspectateurs, les actualités du jour, mais il s’était fixé des objectifs et une ligne de conduite pour être utile à ses contemporains.

L’opération « SOS. VILLAGES » qui a fêté l’an dernier son dixième anniversaire, a permis à des centaines  de petits commerçants de reprendre des commerces de centre-bourg , voués sans cela à la fermeture.
Il est vrai que les 5 millions de téléspectateurs quotidiens qui se branchaient pour écouter ce que l’on nommait « son 13 heures », constituaient un socle  bien utile pour le travail de l’animateur. Encore aujourd’hui le site de « SOS VILLAGE » renferme 11 000 petites annonces qui attendent les repreneurs.

C’est tout naturellement que nos routes se sont croisées lorsque nous avons cherché avec nos partenaires des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins un parrain illustre pour ouvrir chaque année les opérations. Avec beaucoup de simplicité et de gentillesse, il a accepté cette fonction destinée à rendre plus visible notre opération annuelle. Nous avions l’impression, tellement ses réflexes dans la vie ordinaire ressemblaient à son personnage, défenseur du patrimoine de pays, de l’avoir toujours connu. Nous ferons partie de ceux qui tâcheront de ne pas l’oublier.

Il est vrai qu’il existe une différence frappante, en cette période électorale, entre les politiciens dont le discours n’est que provisoire et des hommes comme Jean Pierre Pernaut ou Stéphane Bern qui vivent une passion pour le patrimoine. Cette passion les habite d’une manière totalement bénévole et elle est pour nous un exemple. 

Puisque nous parlons des politiciens, vous devez savoir que le «G7 Patrimoine » a élaboré un texte pour un manifeste, adressé aux candidats à la fonction présidentielle. Patrimoine- Environnement, par son président délégué, a largement contribué à l’élaboration de ce document qui constitue pour nous une base pour un retour vers les belles années du G7 tant il est vrai que plus nous sommes unis, plus nous pouvons bénéficier d’une réelle force en faisant valoir la représentation d’environ 100 000 personnes qui partagent une réelle foi pour le patrimoine et les paysages.

Chers lecteurs, nous vous invitons à vous emparer de ces propositions communes pour les faire valoir pendant la campagne présidentielle, mais aussi lors des législatives qui suivront.
Nous savons bien que les discours électoraux  et les promesses qu’ils véhiculent n’engagent que ceux qui les écoutent ainsi que le répétait feu Charles Pasqua. La vie nous appartiendra de rappeler aux élus leurs promesses, en particulier nous demanderons sur tous les tons que le niveau de la protection des monuments, insignes ou non, retrouvent un lustre qui s’éteint petit à petit avec le temps.

Nous-mêmes et nos contemporains sommes accrochés aux appareils qui nous informent en permanence sur les risques de guerre qui pourraient résulter de l’attitude d’un leader russe qu’à tout le moins, nous considérons comme un leader parmi les iconoclastes : après l’antique ville de Palmyre,  les destructions volontaires de lieux de culte et de conservation au Soudan et celles des Bouddha de Bamiyan ainsi que le bombardement de Dubrovnik, notre monde, au cœur du même continent, démontre malheureusement que «  le plus jamais ça », que nos parents nous ont enseigné dans notre enfance, n’est pas une règle intangible et qu’il est bien difficile d’user des outils que nous a laissé l’immédiat après-guerre tel que l’ONU et un peu plus tard l’UNESCO, sont inadaptés pour empêcher les guerres.

Devant ce désastre, ces villes entièrement anéanties et les risques que court la ville de Kiev chère à nos cœurs de français, depuis qu’aux environ de 1050 on est allé chercher dans ce pays, qui à l’époque paraissait lointain, une princesse pour en faire la reine des francs et devenir ainsi la grand-mère de la dynastie qui a régné chez nous.

Je crains malheureusement qu’il faille relire dans l’ecclésiaste un peu aménagé cette phrase sans laquelle tout cela n’aurait aucun sens : « il est un temps pour démolir et un temps pour bâtir». 

Lorsqu’il s’agira de reconstruire l’Ukraine, espérons que l’histoire retrouvera des Jean-Pierre Pernaut.

Alain De La Bretesche – Président de la Fédération Patrimoine-Environnement.

http://www.patrimoine-environnement.fr/edito-depart-dun-ami-et-autres-nouvelles/

Nous avons appris, comme tout le monde, le départ de Jean-Pierre Pernaut, journaliste et animateur, pour le Paradis.
Lire la suite

Sécuriser eau, énergie, ressources face à la crise climatique

5 Mars 2022

Par hydrauxois

Le 6e rapport du GIEC vient de publier son volet consacré aux impacts, vulnérabilités et adaptations en lien au changement climatique. Les scientifiques soulignent avec gravité la montée des risques en raison du changement du cycle de l’eau et de la multiplication des événements extrêmes. Le résumé pour décideurs de ce rapport du GIEC cite expressément l’hydro-électricité à petite échelle en système décentralisé d’énergie comme l’une des solutions à promouvoir. Nous attendons donc des décideurs français que la politique de l’eau et de l’énergie soit redéfinie à la hauteur des vraies priorités pour notre pays. 

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) vient de publier son rapport sur les impacts, les vulnérabilités et l’adaptation à la crise climatique. Il a été rédigé par 270 scientifiques du monde entier à partir de l’analyse de 34 000 études. Par rapport au précédent travail comparable, qui datait de 2014, le GIEC confirme l’ampleur des adversités et des risques liés au changement climatique. Outre la montée des eaux due à la fonte des pôles et glaciers, ce sont les événements extrêmes qui présentent des risques majeurs : sécheresses, canicules, crues, tempêtes, cyclones, incendies, avec des effets négatifs sur la santé, l’agriculture, l’industrie. Le climat entraîne aussi une modification très rapide de l’ensemble des écosystèmes, avec la disparition probable de certains d’entre eux comme les récifs coraliens. 

On notera que dans le chapitre des transitions nécessaires, le résumé pour décideurs du GIEC confirme l’urgence de développer des systèmes d’énergie bas-carbone, et cite en particulier dans sa synthèse l’hydro-électricité à petite échelle :

Les travaux du GIEC appellent une politique publique dédiée à la sécurisation de l’eau, de l’énergie et des ressources sur tous les territoires.

Toutes les mesures nuisibles à la rétention d’eau, à la recharge de nappes et aquifères, à la préservation de milieux aquatiques ou humide d'origine naturelle ou anthropique, au développement des énergies bas-carbone doivent désormais être retirées du droit français, et par conséquence des planifications de l’Etat, des collectivités territoriales et des agences de l’eau. Le mouvement des ouvrages hydrauliques a parfaitement conscience de cette urgence, car il voit la rapidité des changements au bord des rivières, des canaux, des plans d'eau : nous devons être à la pointe de cette exigence et de cette prise de conscience des élus, cela dès la prochaine législature en juin prochain. 

A lire : GIEC / IPCC (2022), Climate Change 2022: Impacts, Adaptation and Vulnerability, Sixth Assessment Report ​​​​​​​

Lire la suite sur http://www.hydrauxois.org/

Photo: dorine Photo

Photo: dorine Photo

Lire la suite

Nos moulins sont les Amis de la nature et protègent l’environnement.

10 Février 2022

​​​​​

 « Si cela va sans le dire, cela ira encore mieux en le disant. »

  • Talleyrand
  • Nos moulins sont les amis de la nature et protègent l’environnement.
  • Ils régulent harmonieusement l’écoulement des eaux vives grâce à la bonne gestion de leurs vannages.
  • Ils oxygènent les rivières et entretiennent l’équilibre des milieux aquatiques.
  • Ils favorisent et préservent les milieux humides.
  • Ils gèrent localement la ripisylve et contribuent depuis toujours au maintien de la biodiversité…
  • Ils rechargent en permanence les sources et les nappes phréatiques.
  • Notre force c'est nos convictions. Les soutiens arrivent de tous les côtés.
  • Alors le passé historique et la démolition du patrimoine de Pays, certains s'en moquent.

    La production hydro-électrique, alors qu'aujourd'hui nous allons devoir supporter des coupures de courant, certains s'en moquent...

    Alors vous voulez parler environnement ? Et bien nous sommes prêts mais rangez vos démonstrations dogmatiques ! Parce que nous,  nous allons vous expliquer ce qu'est l'environnement, le vrai celui que nous vivons au quotidien. "Les pieds dans les bottes"et ce dont nous sommes fiers!

 

 Image ©. ADM 61.

Image ©. ADM 61.

Lire la suite

Le principe de la continuité écologique engendre un préjudice immobilier

25 Janvier 2022

Par OCE le 24/01/2022.

Témoignage récent : la propriétaire d’un moulin, pas du tout au fait du code de l’environnement, décide de vendre son bien. Un acquéreur, lui très affûté sur les tenants et aboutissants de la continuité écologique, adhérent de la FFAM, fait une offre de prix et signe un compromis. il a compris que le moulin était réputé "régulier et autorisé". Tout va bien pour les parties.

Il avait observé que la pose d’une vanne à 2000 € suffirait pour que l’ouvrage hydraulique soit en parfaite conformité avec la loi.
Pour des raisons particulières étrangères au dossier, l’acheteur très contrarié doit renoncer au compromis.

L’agence immobilière présente un nouvel acquéreur.

Selon le réflexe habituel pourtant formellement déconseillé, celui-ci s’empresse d’interroger la DDT. Grand mal lui a pris.
L’administration lui répond qu’elle exigera tels aménagements et telles prescriptions complémentaires.
L’estimation des travaux demandés à mauvais escient par la DDT s’élevant à 95% de la valeur du bien, le second acquéreur dénonce  lui aussi le compromis cette fois pour défaut de devoir d’information de l’agence. Tout va mal.
Ce beau moulin est toujours à vendre, mais plus au même prix.

 

Autre cas de préjudice immobilier important :
Un gros moulin propriété d’une Collectivité est à vendre. Équipé d’une turbine, il produisait de l’électricité depuis longtemps. Un dossier de « mise en conformité », alors qu’il était parfaitement conforme au Code de l’environnement, fut quand même exigé. L’OFB préconisa une rivière de contournement dans une prairie voisine hors propriété.
Le vendeur, laissant l’OFB prescrire et l’Agence de l’eau subventionner, a laissé les services administratifs opérer. En guise de débit réservé, la belle rivière de contournement dérive probablement 60% du module.
Les acquéreurs potentiels, imaginant poser une seconde voire une troisième turbine, ne donnent évidemment pas suite.
Le vendeur a déjà baissé son prix de 200 000€ … mais il devra le revoir à la baisse ou y investir beaucoup d’argent en conservant ce bien.

Le principe de la continuité écologique contrarie la valorisation des territoires ruraux
On déplore l’absence d’analyse multifonctionnelle. L’investissement aurait pu être réalisé par un particulier et produire (entre autres valorisations) de l’électricité propre.
Il risque de se transformer en 3 ou 4 millions d’euros à charge de la Collectivité. Un dossier perdant / perdant.

Le principe de la continuité écologique engendre un préjudice immobilier
Dans ces deux cas, les vendeurs payent très cher leur méconnaissance de la loi sur l’eau. Ils ne sont pas du tout aidés par leur notaire et leur agence immobilière qui traitent des ventes de moulins et d’étangs sans rien connaître des droits et devoirs des ouvrages hydrauliques. 

Le principe de la continuité écologique engendre un préjudice immobilier
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>